Archive de l’étiquette incinérateur

ParFranceInsoumise94000

Le passage en force… non au troisième four !

Communiqué de La France Insoumise de Créteil

Nous venons d’apprendre que l’enquête publique concernant le projet de Valomarne (incinérateur de Créteil) est prévue du 29 juin au 1er août 2020. Ce projet prévoit en particulier la construction d’un troisième four à Créteil qui brûlera 120 000 T de déchets supplémentaires.

Après une concertation biaisée l’année dernière menée par SUEZ, c’est une nouvelle preuve de la volonté de passer en force avec ce projet polluant et dangereux pour la santé des habitants. En effet, le moment choisi ne permettra pas une large participation des citoyennes et des citoyens alors que la péri ode d’urgence sanitaire n’est pas terminé et que les vacances estivales débutent. C’est une véritable entorse à l’article 7 de la Charte de l’environnement de valeur constitutionnelle : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites défini es par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »

Nous alertons depuis plusieurs mois sur l’existence de ce projet qui est très éloigné de l’intérêt général et d’une véritable politique écologique en matière de gestion des déchets.

Il faut souligner que l’énergie produite par le troisième four sera livrée uniquement au réseau de la Compagnie Parisien ne de Chauffage Urbaine (CPCU) et non au Réseau de Chauffage Urbain de Créteil. En revanche, c’est 100 % des habitant·e·s de Créteil qui subiront les milliers de camions supplémentaires et la pollution atmosphérique ! À quand une étude d’impact sur la santé des habitant·e·s à proximité de l’usine d’incinération.

S’agissant des déchets enfouis dans la région Île-de-France que nous devrions prendre en charge, ils proviennent quasi intégralement de l’activité économique des entreprises. Il faut souligner que la capacité actuelle de l’incinérateur de Créteil couvre largement les besoins la population des villes adhérentes dont Créteil au Syndicat Mixte Intercommunal de Traitement des Déchets Urbains du Val de Marne (SMITDUVM). Dès lors, est-ce à la population de supporter le traitement des déchets économiques ? Créteil et le Val-de-Marne ne sont pas les poubelles de la région Île-de-France, Madame Pécresse, sa présidente, soutenant d’ailleurs ce projet.

Nous demandons à Monsieur Laurent CATHALA, maire de Créteil et candidat pour sa réélection, qu’il intervienne auprès du Préfet pour exiger un report de cette enquête publique. Nous soutenons la demande de l’association ALIC faite au Préfet. Nous appelons également toutes les citoyennes et les citoyens concerné-es à s’informer et à se mobiliser contre ce projet archaïque.

La France Insoumise de Créteil demande :

– un abandon du projet du troisième four,

– une véritable démarche Zéro déchet en réduisant massivement les déchets à la source,

– privilégier le tri à l’incinération,

– tri à la source des bio déchets,

– gestion publique de l’usine d’incinération et réduction progressive de sa capacité à hauteur des besoins de la population des villes adhérentes au SMITDUVM,

– le développement du réseau de géothermie pour alimenter le réseau de chaleur de Créteil.

Retrouvez toutes nos propositions dans le livret « Déchets : nous n’en jetterons plus ! » sur le site de l’Avenir en Commun.

ParFranceInsoumise94000

Projet du troisième four à Créteil : Non à la violation du code de l’environnement !

Nous avions demandé au mois de juin de cette année que s’ouvre au plus vite un véritable débat citoyen indépendant sur la pertinence du développement de l’incinération des déchets à Créteil et dans le Val- de-Marne.

En effet, la concertation menée du 6 mai au 15 juin 2019 sous l’égide de SUEZ s’est révélé très largement comme une opération de communication, tentant de faire passer le projet polluant et inutile du 3ème four de l’incinérateur de Créteil pour un projet écologique et moderne. Dans ce cadre, la garante désignée par la Commission nationale du débat public ne s’était pas particulièrement illustrée par sa neutralité … Cependant, la concertation avait permis à de nombreuses associations et de nombreux citoyens de s’exprimer contre l’extension des capacités d’incinération à Créteil.

Or, aujourd’hui, il apparaît que le cadre légal de l’articleL121-16-1 du code de l’environnement n’est pas respecté. En effet, il dispose :

« Le garant établit dans le délai d’un mois, au terme de la concertation préalable, un bilan de celle-ci et résume la façon dont elle s’est déroulée. Ce bilan comporte une synthèse des observations et propositions présentées et, le cas échéant, mentionne les évolutions du projet, plan ou programme qui résultent de la concertation préalable.

Le garant informe le maître d’ouvrage, la Commission nationale du débat public et le représentant de l’Etat du déroulement et du bilan de la concertation préalable.

Le bilan de la concertation préalable est rendu public par le garant. »

A ce jour, aucun document n’a été publié par la garante plus de trois mois après la fin de la concertation. Par ailleurs, le même article dispose :

« Lorsqu’il est saisi d’une demande tendant à la réalisation d’une étude technique ou d’une expertise complémentaire, le garant motive, le cas échéant, sa décision de ne pas transmettre cette demande à l’examen de la Commission nationale du débat public. »

Or, l’association AFFAMONS L’INCINERATEUR DE CRETEIL a demandé notamment dans le cadre de cette concertation les expertises complémentaires suivantes :

  • Etude d’impact sanitaire des effets sur les populations riveraines des pollutions engendrées par l’activité de l’incinérateur de Créteil existant et des pollutions supplémentaires générées par le projet d’extension de la capacité d’incinération de l’incinérateur
  • Evaluation des risques concernant l’installation d’une station hydrogène sur le site de l’incinérateur de Créteil

Alors que se passe-t-il ? Pourquoi tant d’opacité sur les résultats de la concertation ? Est-ce pour ménager les intérêts de SUEZ dont le projet soulevait une opposition de plus en plus importante ? En tout état de cause, des recours juridiques pourraient être introduits afin de contester ces violations manifestes du code de l’environnement.

En attendant, nous continuons à soutenir le combat de l’association AFFAMONS L’INCINERATEUR DE CRETEIL qui se bat contre le projet du 3ème four https://affamonslincinerateur.home.blog/. Nous défendons aussi le développement de la géothermie comme véritable alternative écologique pour le chauffage urbain de Créteil. Rappelons que, pendant la concertation, nous avions demandé à Monsieur le Maire de Créteil et à Madame la garante de publier les études sur l’ouverture d’un second puits de géothermie à Créteil. Rien n’a été malheureusement fait en ce sens … l’écologie et la transparence démocratique sont des combats à mener de front !

ParFranceInsoumise94000

Communiqué d’élus LFI, EELV et de Créteil Insoumise sur la concertation Valo’Marne

Ouvrons un véritable débat citoyen indépendant sur la pertinence du développement de l’incinération des déchets à Créteil et dans le Val- de-Marne.

La phase de concertation sur le projet de développement des capacités de l’incinérateur de Créteil arrive à son terme le 15 juin 2019. Cette étape menée sous l’égide de la société VALOMARNE constituée par SUEZ et une filiale d’EDF, maîtres d’ouvrage du projet, n’a malheureusement pas permis jusqu’à présent de répondre à de nombreuses interrogations sur l’utilité de ce projet pour les citoyennes et citoyens des territoires concernés. L’utilité de la construction d’un troisième four dans l’incinérateur de Créteil est particulièrement mis en cause.

Nous regrettons que cette concertation ait été conduite dans un climat de violence verbale contre les nombreux opposantes et opposants à ce projet. Le débat démocratique nécessite du respect et de la sérénité. L’expertise citoyenne et des associations doit être prise en compte.

Pour nous, le traitement des ordures ménagères par le procédé de l’incinération est une technologie désuète, défaillante et dangereuse pour la santé.

Or, à ce jour, 26 % des déchets franciliens sont incinérés dans le Val-de-Marne alors qu’il ne représente que 12 % de la population de l’Ile-de-France. Nous refusons que l’environnement de nos concitoyennes et concitoyens du Val-de-Marne soient sacrifiés.

Il faut donc en premier lieu réduire l’incinération à l’échelle de la région notamment par l’adoption d’un Plan Régional de Prévention et de Gestion des déchets ambitieux et écologique qui devrait encourager la réduction à la source des déchets, le recyclage et la réutilisation. A l’échelle du département, il faut déclarer un moratoire sur les projets concernant le procédé technique de l’incinération des déchets, au profit d’un traitement adapté des déchets fermentescibles. Dans ce cadre, la consultation citoyenne doit se poursuivre à Ivry sur le projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry et un véritable débat citoyen indépendant doit s’ouvrir sur la pertinence du développement de l’incinération à Créteil et dans le Val-de-Marne.

L’urgence écologique s’impose et notre responsabilité commence dans les choix opérés sur les territoires. Des investissements de plusieurs milliards d’euros sont ici en cause et engagent sur plusieurs dizaines d’années. Alors, prenons le temps de la réflexion et discutons des alternatives écologiques qui existent pour le traitement des déchets.

Nous appelons à rejoindre la mobilisation à Nogent-sur-Marne le jeudi 13 juin à 19 h 30 devant la salle Charles de Gaulle (70 rue Charles de Gaulle 94130 Nogent-sur-Marne) où se déroulera la réunion de clôture de la concertation menée par VALOMARNE.

Créteil, le 12/06/19

Chrysis CAPORAL et Didier LEVY, élu.es municipaux EELV de Champigny-sur-Marne et LFI de Fontenay-sous-Bois, représentant.es au SMITDUVM — Annie LAHMER, élue EELV au Conseil Régional – Les insoumis.es de Créteil.

ParFranceInsoumise94000

Accident à l’incinérateur d’Ivry, Créteil Insoumise réagit…

Le traitement des ordures ménagères par le procédé de l’incinération est une technologie désuète, défaillante et dangereuse ! Les « meilleures techniques disponibles en incinération et les niveaux d’émissions associés » préconisés par l’Europe n’empêcheront pas qu’un accident comme celui d’Ivry-sur-Seine se produise à nouveau. L’incident de vendredi dans l’Usine de Valorisation Énergétique d’Ivry-sur-Seine, gérée par l’agence métropolitaine des déchets ménagers, délégataire du Syndicat mixte central de traitement des ordures ménagères (Syctom), n’est malheureusement pas une exception.

Les riverains de ces installations, classées pour la protection et l’environnement (ICPE) au titre de leur dangerosité pour l’écosystème, sont quotidiennement exposés à des émanations atmosphériques toxiques et les rejets d’effluents polluent les nappes phréatiques. Des scandales écologiques tel celui de l’incinérateur de Gilly-sur-Isère, qui mettent des décennies avant d’être jugés devant un tribunal correctionnel, justifient le combat des associations pour la préservation des biens communs que sont l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant.

Nous saluons le combat exemplaire du collectif 3R d’Ivry-sur-Seine qui lutte depuis plus de 10 ans pour une alternative « Zéro déchet » au tout-incinération du Syctom. Le 94 accueille déjà 3 usines d’incinération de déchets -Ivry-sur-Seine, Rungis, Créteil- et en dépit de ce qui ressemble à du manque de compétences politique, économique et sociale, le syndicat mixte des déchets urbains du Val de Marne (Smitduvm) prévoit, dans son usine de Créteil, la construction d’un troisième four, à proximité d’un nouveau quartier de 600 logements (Écoquartier Néo), de lieux de travail et de commerces.

Comme le dit l’association ALIC, nous n’avons pas besoin de ce four puisque la remise à niveau (changement des filtres notamment) de l’installation actuelle lui permettra de répondre aux besoins en incinération des villes adhérentes au Smitduvm et couvrira très bien la demande en chauffage collectif des habitants de Créteil. D’autre part, l’importation des déchets venant de toute l’Île-de-France générera la circulation de 30 camions de gros tonnage supplémentaires par jour dans un secteur déjà fort impacté par la pollution liée à circulation sur l’A86. Les citoyen.ne.s des 19 villes adhérentes du Smitduvm, dont Créteil qui héberge l’incinérateur, n’ont donc aucun bénéfice à la construction de ce troisième four. Alors, à qui profite-t-elle ?

Il est temps de déclarer l’urgence climatique partout en France et dans le Val-de-Marne !

Créteil Insoumise rappelle sa forte opposition à l’installation d’un troisième four. Les Insousmis.e.s se positionnent fermement contre ce projet anti-écologique et qui se fait sans les citoyen.ne.s de manière anti-démocratique.

« Le productivisme détruit l’écosystème compatible avec la planète » (Livret 6 de La France Insoumise : Face à l’urgence climatique, la planification écologique).

ParFranceInsoumise94000

De l’art de l’enfumage …

Et voilà que l’on nous représente le projet du 3ème four pour l’incinération des déchets dans le Vivre Ensemble de Créteil du mois de janvier 2019. Ce serait paraît-il un projet bénéfique pour les cristoliens et pour l’environnement … Pourquoi tant d’effort pour justifier l’importation de plus de 100 000 tonnes de déchets par an sur la ville de Créteil ?

© Wikimapia
ParKarma-φ

Leurs Tomates, c’est des salades !

Tracts dénonçant les conséquences négatives qu’engendrerait la création d’un 3e four à l’incinérateur de déchets à Créteil situé 10 rue des Malfourches Plus de camions et de déchets incinérés pour les habitants, malgré un discours ventant le caractère écologique du projet ! Un cas d’école de greenwashing !


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/creteili/public_html/wp-includes/functions.php on line 4609