Archive de l’étiquette gestion publique

ParFranceInsoumise94000

Pour une gestion citoyenne, écologique et solidaire de l’eau à Créteil…

L’établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir (GPSEA) a désigné un cabinet d’étude pour réaliser un audit à Créteil de fin de contrat de la Délégation de Service Public (DSP) de la distribution de l’eau potable conclue avec la multinationale SUEZ. Ce contrat d’une durée de 15 ans se terminera en décembre 2021. Pourtant, la procédure de renouvellement est réalisée sans aucune information des cristolien·ne·s.

Nous avons déjà constaté des excédents importants sur les comptes de SUEZ pour sa gestion à Créteil, qui se chiffrent à 575 970 euros en 2018 et à 531 980 d’euros en 2017. En 2019, il y a eu une augmentation de 22 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 705 580 euros ! Malheureusement, ces excédents ne permettent pas de financer des investissements pour une meilleure qualité de l’eau ou du réseau mais chaque année, ils s’évaporent dans les comptes des actionnaires de SUEZ !

Il n’est même pas envisagé la possibilité de passer en régie publique à Créteil, mode de gestion solidaire et écologique qui a fait ses preuves dans de nombreuses villes telles Grenoble, Nice, Bordeaux, Rennes, Cherbourg, Briançon, Paris. D’autres villes importantes se préparent à passer en régie publique pour permettre une baisse significative des tarifs de l’eau pour les usagères et les usagers (Lyon, Bordeaux, Dijon …).

L’eau est en danger : pollutions, fuites, accaparement par des multinationales (Veolia, Suez, mais aussi Nestlé, Danone…), surconsommation par des industries prédatrices et l’agriculture productiviste, artificialisation … L’accès à l’eau et à l’assainissement est précaire ou impossible pour des millions de personnes : les habitant·e·s ultra-marins pour qui les coupures sont quotidiennes, les sans-abris, les réfugiés, les familles précaires. C’est pourquoi, nous voulons inscrire dans la Constitution le droit fondamental à l’eau et à un assainissement de qualité.

Il est indispensable que le scénario d’un passage en régie publique à Créteil soit sérieusement étudié par Créteil et le territoire du GPSEA. Une expertise spécifique doit être menée sur le passage en régie publique de l’eau pour que toutes les options soient sur la table. En tout état de cause, le dernier mot doit revenir aux habitantes et habitants de Créteil.

Nous demandons à Monsieur Laurent CATHALA, maire de Créteil et président du GPSEA, d’organiser un véritable débat citoyen sur le mode de gestion de la distribution de l’eau potable dans notre ville, en donnant toutes les informations nécessaires aux citoyen·ne·s leur permettant de décider.

ParFranceInsoumise94000

Pour une régie publique de l’eau à Créteil, c’est maintenant !

Pour une régie publique de l’eau à Créteil, c’est maintenant !

Une procédure, menée par l’établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir (GPSEA), est en cours pour désigner l’entreprise qui réalisera un audit de fin de contrat de la Délégation de Service Public (DSP) de la distribution de l’eau potable à Créteil. Celle-ci arrivera à terme en décembre 2021. L’entreprise désignée devra également suivre la procédure de renouvellement de la DSP de distribution d’eau potable (sous la forme d’une concession).

L’audit doit notamment examiner les points suivants :

  • Une analyse approfondie du contrat et de tous les avenants
  • Une analyse fine des comptes d’exploitation du délégataire
  • Une analyse approfondie des recettes (la structuration des produits et leur évolution au cours du contrat
  • Une analyse approfondie des charges d’exploitation sur la durée du contrat (la structuration des charges d’exploitation et leur évolution au cours du contrat, les zones d’ombres)
  • Une analyse technique et performances du service
  • Les moyens humains et matériels affectés au contrat
  • La qualité du service à l’usager
  • Le patrimoine (un bilan patrimonial du réseau de distribution, des branchements et compteurs)
  • Les indicateurs de performance

Or, alors même que l’audit n’est pas encore réalisé, le territoire du GPSEA missionne une entreprise pour l’accompagner dans la procédure de renouvellement de la DSP de distribution d’eau potable !

Il n’est même pas envisagé la possibilité de passer en régie publique, mode de gestion alternatif et écologique qui a fait ses preuves dans de nombreuses villes telles Grenoble, Nice, Bordeaux, Rennes, Cherbourg, Briançon, Paris. D’autres villes importantes se préparent à passer en régie publique pour permettre une baisse significative des tarifs de l’eau pour les usagères et les usagers (Lyon, Bordeaux, Dijon …).

Nous avions dénoncé pendant la campagne municipale l’omerta sur le sujet, soigneusement entretenue par le maire de Créteil, Monsieur Laurent CATHALA. Aucun mot sur la fin du contrat de la DSP dans son programme et aucun débat démocratique n’a été organisé sur le sujet. Président du GPSEA, il poursuit donc sa politique d’abandon d’un bien commun au profit des intérêts de la multinationale SUEZ, ex LYONNAISE DES EAUX qui détient le marché à Créteil depuis plus de 50 ans. Celle-ci veut continuer à étendre son emprise sur les communes du GPSEA et sur ses élus.

Pourtant, la volonté agressive de VEOLIA, l’autre multinationale du secteur, d’acheter SUEZ devrait alerter sur le processus de financiarisation de l’eau, déjà devenue une marchandise depuis plusieurs années. Cette incertitude devrait conduire à remettre en cause le mode de gestion de la DSP pour ne prendre aucun risque avec un bien vital qui ne peut être soumis aux aléas des marchés financiers.

D’autant qu’il est envisagé de revendre à la découpe la branche eau de SUEZ à un fond d’investissement dénommé MERIDIAM qui n’a aucune expérience dans la gestion de l’eau. Par ailleurs, la gestion de l’eau par VEOLIA dans le cadre du Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF) n’est pas plus vertueuse et de nombreuses communes envisagent leur sortie prochaine du SEDIF.

De plus, nous alertions sur les excédents constatés sur les comptes de SUEZ pour sa gestion à Créteil, qui se chiffre à 575 970 euros d’excédent en 2018 et à 531 980 d’euros en 2017. En 2019, cet excédent a augmenté de 22 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 705 580 euros ! Malheureusement, ces excédents ne permettent pas de financer des investissements pour une meilleure qualité de l’eau ou du réseau mais chaque année, ils s’évaporent dans les comptes de la maison mère et dans les dividendes de ses actionnaires !

Enfin, alors que neuf maires du Territoire Grand Orly Seine Bièvre se mobilisent pour mettre en place une régie publique de l’eau, les options sont d’autant plus ouvertes dans le Val-de-Marne.

Aussi, nous demandons que le scénario d’un passage en régie publique à Créteil soit sérieusement étudié par le territoire du GPSEA et qu’en tout état de cause, le dernier mot revienne aux habitantes et habitants de Créteil. Une expertise spécifique doit être menée sur le passage en régie publique de l’eau pour que toutes les options soient sur la table. Nous demandons à Monsieur Laurent CATHALA, maire de Créteil et président du GPSEA, de renoncer à passer en force dans l’opacité la plus totale au niveau du territoire du Grand Paris.

Nous invitons également toutes les personnes soucieuses de l’intérêt général à se rendre sur notre plateforme des « wikileaks » de la DSP de l’eau à Créteil où nous avons publié les documents concernant la gestion de l’eau depuis le début de la DSP en 2007 afin que l’expertise citoyenne nous aide dans ce combat : Les « wikileaks » de la Délégation de Service Public de l’Eau (DSP) de Créteil

L’eau n’est pas une marchandise !

Régie publique de l’eau à Créteil,

pour une gestion démocratique,

écologique et sociale, c’est maintenant !

Créteil, le 25 novembre 2020

Source de l’image de couverture : https://agir.lafranceinsoumise.fr/evenements/4a094393-920b-40b6-9acb-4cc7cd342f87/


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/creteili/public_html/wp-includes/functions.php on line 4755