Archive de l’étiquette écologie

ParFranceInsoumise94000

Pour l’avenir de Créteil, notre programme éco-socialiste

Pour l’avenir de Créteil, notre programme éco-socialiste – Créteil, le 6 mars 2020

Les élections municipales semblent parfois un peu éloignées des grands enjeux qui traversent actuellement notre société et qui sont le fruit des impasses du capitalisme : dérèglements climatiques, réforme des retraites, menaces de guerre, crise financière, démantèlement des services publics …

Pourtant, ces élections de l’année 2020 sont à un moment charnière de la vie démocratique de notre pays. A Créteil tout particulièrement, la liste citoyenne ‘Créteil, l’avenir en commun’ pourrait faire basculer de vieux équilibres et montrer la voie d’un nouveau projet politique.

En effet, nous pensons qu’il est possible de renouveler la politique et de s’appuyer sur les avancées locales pour participer à l’émancipation de toutes et tous. Des solidarités peuvent se construire à l’échelle d’un quartier ou dans la reprise en main des réseaux qui structurent notre vie : énergies, transport, communication, alimentation … Il faut s’appuyer sur ces dynamiques sociales pour engager la transformation de nos modes de vie au quotidien.

En ce sens, le productivisme, intrinsèquement liée au consumérisme qu’incarne le mégacentre commercial de Créteil Soleil, doit être définitivement remisé aux oubliettes de l’histoire. En participant au grand déménagement du monde il est incompatible avec la survie de la planète et produit ici et là-bas des régressions sociales permanentes. A notre niveau et pour agir dès maintenant, il faut appuyer les revendications de droits collectifs pour les salarié·e·s du centre commercial : local syndical, restauration collective, rétablissement du repos dominical … A moyen terme, il faut réfléchir à la requalification de ces milliers de mètres carrés dédiés à la consommation et se réapproprier cet espace public au cœur de la ville.

La gestion des déchets est le revers de la médaille de ce modèle de société productiviste. Il faut stopper le projet anachronique du troisième four de l’incinérateur qui conduirait à brûler 120 000 tonnes de déchets supplémentaires sur la ville de Créteil. Le Val-de-Marne assume déjà 25 % de l’incinération des déchets de la région alors qu’il ne représente que 12 % de la population, cherchez l’erreur … ces inégalités environnementales ne sont plus supportables, ni justifiables. L’association Affamons l’incinérateur de Créteil (ALIC) mène ce combat en lien avec le Collectif 3R mobilisé contre l’incinérateur d’Ivry. Nous nous appuyons sur ces luttes écologiques pour proposer un autre modèle de société.

Par ailleurs, un pouvoir communal éco-socialiste mettra un coup d’arrêt à la privatisation des biens communs. En cela, la bataille pour la régie publique de l’eau est centrale dans cette campagne car le contrat entre la ville de Créteil et la multinationale SUEZ arrive à échéance en 2021. Nous devons rejoindre le vaste mouvement de municipalisation de ce bien commun vital. C’est aussi de l’écologie populaire car il est démontré que cette reprise en main conduira à la baisse des factures de tous les habitant·e·s.

En matière urbaine, Créteil n’est pas sortie pour une large part de l’héritage gaullien étatique du tout voiture, le transport étant la première source de gaz à effet de serre. Or, la place de la voiture est également un élément discriminant important car bien des ménages n’ont pas les moyens d’entretenir une voiture alors que celle-ci monopolise une majorité de l’espace public, au détriment des modes de déplacements plus économiques et plus écologiques. La gratuité des transports publics est évidemment un objectif à réaffirmer dans le cadre d’un projet éco-socialiste.

De manière plus générale, en se retournant sur l’histoire urbaine de Créteil, on peut distinguer quatre phases du développement urbain de la ville. Une première phase se situe avant les années 60 avec le noyau urbain du village de Créteil auquel s’adjoint les logements sociaux du Mont-Mesly à la fin des années 50 et les Bleuets en 1962. Ces deux quartiers forment encore aujourd’hui les piliers du patrimoine des logements sociaux de Créteil. En 1965, le Général Billotte, comme il le formule lui-même, veut avec le « Nouveau Créteil » donner son Versailles au Général De Gaulle avec un objectif d’atteindre plus de 100 000 habitants. A partir de 1977, avec l’élection de Laurent Cathala toujours en place, une tentative de municipalisme socialiste est mise en place qui dérive rapidement vers le modèle dominant de la ville néolibérale, où la ville est essentiellement construite par les promoteurs immobiliers.

Le dernier grand projet inutile en date de gratte-ciel « L’arbre de vie » est symptomatique de cette évolution. Elle est encouragée par l’arrivée de la ligne 15 du Grand Paris qui aiguise les appétits des spéculateurs immobiliers. C’est pourquoi il faut mettre en urgence en place l’encadrement des loyers pour préserver l’identité populaire de Créteil.

Aujourd’hui, pour remplacer ces projets urbains usés, un nouveau municipalisme éco-socialiste est possible en s’appuyant sur les luttes urbaines, sociales et écologiques. Entre l’état et le marché, la commune peut ouvrir des perspectives d’émancipation sociale et écologique. Si les cristoliennes et les cristoliens le décident, Créteil pourrait incarner ce modèle de ville écosocialiste.

Ce projet va de pair avec une refonte totale de la démocratie locale. David Harvey, géographe britannique souligne dans un ouvrage de 2010 intitulé Géographie et capital : « Il est impératif de travailler à la démocratisation du droit à la ville et à la construction d’un large mouvement social pour que les dépossédés puissent reprendre le contrôle de cette ville dont ils sont exclus depuis si longtemps, et pour que puissent s’instituer de nouveaux modes de contrôle des surplus de capital qui façonnent les processus d’urbanisation. Henri Lefebvre avait raison de souligner que la révolution serait urbaine, au sens large du terme, ou ne serait pas. »

Aussi, nous proposons des outils de reprise en main du pouvoir démocratique nécessaire pour accompagner cette révolution citoyenne : révocation des mandats, référendum d’initiative citoyenne, budgets participatifs, appui technique et droit à l’expertise indépendante, création d’ateliers urbains …

L’enjeu est ainsi pour nous de dessiner une alternative démocratique, sociale et écologique, à partir de l’échelle locale, contre le régime néolibéral autoritaire de Macron et les perspectives brunes du Rassemblement National. Sans céder au catastrophisme, l’éco-socialisme est une voie de sortie par le haut de la crise démocratique, sociale et écologique.

Thomas Dessalles, tête de liste de la liste citoyenne « Créteil, l’avenir en commun » soutenue par la France Insoumise

ParFranceInsoumise94000

‘Créteil, l’avenir en commun’ adopte 10 mesures du ‘Pacte pour la transition’

Notre liste citoyenne ‘Créteil, l’avenir en commun’ adopte 10 mesures du ‘Pacte pour la transition’ rédigé par des dizaines d’associations pour construire des communes plus écologiques et plus justes. Nous partageons ces objectifs et il est nécessaire que Créteil participe activement au tournant écologique nécessaire. Le tissu associatif de la ville est riche et les habitant·e·s souhaitent la mise en place d’une politique véritablement écologique. Pour répondre à cette attente, nous nous engageons à :

– Se doter d’une politique ambitieuse d’achats publics responsables incluant des dispositions sociales, environnementales et locales

– Mener une politique de sobriété, d’efficacité énergétique et d’alimentation à 100 % en énergie renouvelable et locale des bâtiments, véhicules communaux et éclairage public

– Soutenir les rénovations à haute efficacité énergétique en accompagnant en particulier les ménages en situation de précarité énergétique

– Protéger la ressource en eau, en assurer une meilleure qualité et un accès garanti à toutes et tous, en la considérant comme un bien commun

– Mettre fin au développement de grandes surfaces commerciales sur le territoire

– Contribuer à la fin des projets et infrastructures qui augmentent les émissions de gaz à effet de serre et font reculer la biodiversité

– Donner la priorité aux mobilités actives (marche, vélo) dans l’espace public

– Proposer une alimentation biologique, moins carnée, locale et équitable dans la restauration collective

– Impulser et financer une démarche collective de prévention, réemploi, valorisation des déchets en régie ou avec des acteurs de l’économie sociale et solidaire

– Co-construire avec tous les acteurs concernés une politique associative locale volontariste

A Créteil, il est urgent d’agir pour le climat et la planète !

Créteil, le 25 février 2020

ParFranceInsoumise94000

Créteil doit protéger ses habitants des pesticides et des perturbateurs endocriniens

Depuis le mois de mai de cette année, des dizaines de maires, y compris en milieu urbain, ont pris sur leur territoire des arrêtés antipesticides (carte interactive), pour protéger la santé de leurs habitants face au ravage de ces produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques.

En effet, la loi Labbé de 2014 a interdit les pesticides depuis 2017 pour les collectivités et depuis 2019 pour les particuliers. Cependant les entreprises ou syndics de copropriété peuvent faire appel à des entreprises de jardinage qui utilisent des pesticides qui contaminent toute la population.

Alors, qu’attendons nous pour rejoindre ce combat ?

Il faut élargir le mouvement car l’État cherche à faire taire les maires en les attaquant au tribunal. Treize communes du Val-de-Marne ont pris des arrêtés qui ont été suspendus par le tribunal de Melun. Mais le tribunal de Cergy-Pontoise a donné raison aux maires de Sceaux, Antony et Gennevilliers (Hauts-de-Seine), reconnaissant leur pouvoir de police générale dans la protection des populations face au danger, avéré par de nombreuses études scientifiques, que représente le glyphosate. Le président du conseil départemental du Val-de-Marne, Christian FAVIER, passait au tribunal le 20 novembre pour son arrêté concernant tout le département.

Plus largement, c’est aussi la problématique des perturbateurs endocriniens qu’il faut prendre en charge de manière urgente. Ils sont présents partout : dans les pesticides, dans les plastiques, dans les cosmétiques … Ils provoquent de multiples maladies chroniques (cancers, diabète, obésité …). Les enfants et les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables.

Notre mode de consommation atteint ainsi fortement notre santé. En France, le nombre de cas de cancer est passé de 170 000 à 355 000 entre 1980 et 2012.

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a rappelé en septembre 2017 dans son rapport et avis sur la Stratégie nationale de santé, que le coût en Europe des conséquences des pesticides perturbateurs endocriniens était estimé à 120 milliards €/an.

Des collectivités s’engagent contre ce fléau en signant la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » pour aboutir à l’interdiction des perturbateurs endocriniens. Des mesures simples peuvent être prises, par exemple : lancer une réflexion avec les agents communaux concernés afin de pouvoir  supprimer le plastique dans les cantines des écoles, engager les agents des administrations pour supprimer les petites bouteilles d’eau et les remplacer par des carafes et des verres.

Pourquoi pas nous ?

Créteil doit résolument s’engager dans la transition écologique pour sauvegarder la santé de ses habitants. La France Insoumise portera ce combat lors des élections municipales de 2020.

ParFranceInsoumise94000

Projet du troisième four à Créteil : Non à la violation du code de l’environnement !

Nous avions demandé au mois de juin de cette année que s’ouvre au plus vite un véritable débat citoyen indépendant sur la pertinence du développement de l’incinération des déchets à Créteil et dans le Val- de-Marne.

En effet, la concertation menée du 6 mai au 15 juin 2019 sous l’égide de SUEZ s’est révélé très largement comme une opération de communication, tentant de faire passer le projet polluant et inutile du 3ème four de l’incinérateur de Créteil pour un projet écologique et moderne. Dans ce cadre, la garante désignée par la Commission nationale du débat public ne s’était pas particulièrement illustrée par sa neutralité … Cependant, la concertation avait permis à de nombreuses associations et de nombreux citoyens de s’exprimer contre l’extension des capacités d’incinération à Créteil.

Or, aujourd’hui, il apparaît que le cadre légal de l’articleL121-16-1 du code de l’environnement n’est pas respecté. En effet, il dispose :

« Le garant établit dans le délai d’un mois, au terme de la concertation préalable, un bilan de celle-ci et résume la façon dont elle s’est déroulée. Ce bilan comporte une synthèse des observations et propositions présentées et, le cas échéant, mentionne les évolutions du projet, plan ou programme qui résultent de la concertation préalable.

Le garant informe le maître d’ouvrage, la Commission nationale du débat public et le représentant de l’Etat du déroulement et du bilan de la concertation préalable.

Le bilan de la concertation préalable est rendu public par le garant. »

A ce jour, aucun document n’a été publié par la garante plus de trois mois après la fin de la concertation. Par ailleurs, le même article dispose :

« Lorsqu’il est saisi d’une demande tendant à la réalisation d’une étude technique ou d’une expertise complémentaire, le garant motive, le cas échéant, sa décision de ne pas transmettre cette demande à l’examen de la Commission nationale du débat public. »

Or, l’association AFFAMONS L’INCINERATEUR DE CRETEIL a demandé notamment dans le cadre de cette concertation les expertises complémentaires suivantes :

  • Etude d’impact sanitaire des effets sur les populations riveraines des pollutions engendrées par l’activité de l’incinérateur de Créteil existant et des pollutions supplémentaires générées par le projet d’extension de la capacité d’incinération de l’incinérateur
  • Evaluation des risques concernant l’installation d’une station hydrogène sur le site de l’incinérateur de Créteil

Alors que se passe-t-il ? Pourquoi tant d’opacité sur les résultats de la concertation ? Est-ce pour ménager les intérêts de SUEZ dont le projet soulevait une opposition de plus en plus importante ? En tout état de cause, des recours juridiques pourraient être introduits afin de contester ces violations manifestes du code de l’environnement.

En attendant, nous continuons à soutenir le combat de l’association AFFAMONS L’INCINERATEUR DE CRETEIL qui se bat contre le projet du 3ème four https://affamonslincinerateur.home.blog/. Nous défendons aussi le développement de la géothermie comme véritable alternative écologique pour le chauffage urbain de Créteil. Rappelons que, pendant la concertation, nous avions demandé à Monsieur le Maire de Créteil et à Madame la garante de publier les études sur l’ouverture d’un second puits de géothermie à Créteil. Rien n’a été malheureusement fait en ce sens … l’écologie et la transparence démocratique sont des combats à mener de front !

ParFranceInsoumise94000

Les habitante.s de La Habette et Créteil Insoumise nettoient le quartier…

Les habitante.s du quartier de La Habette et les membres de la France Insoumise de Créteil ont participé le 15 septembre à la journée mondiale de nettoyage de la planète (WorldCleanUpDay).
Cela a permis de rendre le quartier plus agréable, avec des pelouses et des squares de jeux plus sûrs pour les enfants (nous avons notamment retrouvé des lames de rasoir). Nous avons ramassé 16 gros sacs poubelles.

Loin des discours qui renvoient la question des déchets au comportement de chacun.e, c’était également l’occasion de dénoncer la multiplication des emballages produits par l’industrie et l’usage abusif du plastique. Ce dernier peut être remplacé par des composants biodégradables dans la plupart des cas, mais les industriels s’y refusent.

Enfin, nous avons rappelé notre opposition à la construction d’un troisième four à Créteil pour incinérer les déchets des communes avoisinantes. La ville de Créteil n’a pas besoin d’un four supplémentaire car nos besoin sont largement couverts par les installations existantes. Par contre, cela engendrera de la pollution car des milliers de camions amèneront des déchets de toute l’Ile-de-France pour le seul profit de Suez. Nous sommes bien loin de l’objectif « zéro déchet » qui devrait pourtant guider l’action publique.
Nous appelons les citoyen.ne.s à s’emparer de cette questions des déchets !

On parle de notre action sur le site de la France Insoumise : Déchets : les insoumis·es se retroussent les manches

 

ParKarma-φ

Samedi 8 septembre : marche pour le climat

Nicolas Hulot démissionne : pas nous !
Le gouvernement a perdu sa “caution verte”. Cette démission signale l’incapacité de conduire une politique réellement écologique au sein d’un gouvernement réfractaire aux enjeux environnementaux. Mais elle est aussi une invitation pour les citoyens à se mobiliser eux-mêmes pour préserver le climat et protéger l’écosystème. Le samedi 8 septembre, répondons à l’appel d’une marche pour le climat. Exigeons ensemble la sortie des énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole…) et nucléaire et demandons l’avènement du 100% renouvelable.


A l’appel de nombreuses organisations, rassemblons-nous pour une chorégraphie géante sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris ce 8 septembre à partir de 14h !
Puis nous défilerons vers la Place de la République, afin de montrer que seul le peuple peut remettre la lutte contre le dérèglement climatique au centre des priorités !


Au travers de centaines d’actions ce jour là dans le monde, nous partagerons le même message : nous sommes mobilisé·e·s. Au contraire du gouvernement Macron qui composé d’élu·e·s qui n’ont jamais intégré la transition écologique et sociale au cœur de leur projet politique. Au contraire aussi de l’Europe qui est au service des lobbies et des multinationales, et des acteurs financiers qui favorisent le rechaussement climatiques par projets insoutenables à l’équilibre de la vie sur terre. Partout en France nous serons dans nos rues ! Faisons en sorte que notre mouvement soit impossible à ignorer par les élu·e·s et les institutions. Construisons un mouvement puissant et durable pour faire gagner les enjeux environnementaux face aux intérêts économiques.

et le matin , regardons et partageons le cours de l’éFI sur la gestion de l’eau 

et le 15 septembre, c’est le le World CleanUp Day on s’engage pour nettoyer la planète ! J’indique ma collecte sur le site du World CleanUp Day

https://www.youtube.com/watch?v=wc653sPL1_I

ParKarma-φ

Bienvenue au tour d’ALTERNATIBA 2018 à Créteil

Bienvenue au tour d’ALTERNATIBA 2018 à Créteil avant leur Tour de France de 5800km à pédales du 9 juin au 6 octobre sous le thème de « changeons le système / pas le climat ».
Ils vont à la rencontre des initiatives alternatives et citoyennes près de chez vous.
Nous avons pris ce jour-là des contacts pour la lutte contre le 3eme incinérateur à Créteil avec d’autres groupe citoyens dans le va de marne.

ParKarma-φ

Leurs Tomates, c’est des salades !

Tracts dénonçant les conséquences négatives qu’engendrerait la création d’un 3e four à l’incinérateur de déchets à Créteil situé 10 rue des Malfourches Plus de camions et de déchets incinérés pour les habitants, malgré un discours ventant le caractère écologique du projet ! Un cas d’école de greenwashing !


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/creteili/public_html/wp-includes/functions.php on line 4552