Archive de l’étiquette Créteil

ParFranceInsoumise94000

Le passage en force… non au troisième four !

Communiqué de La France Insoumise de Créteil

Nous venons d’apprendre que l’enquête publique concernant le projet de Valomarne (incinérateur de Créteil) est prévue du 29 juin au 1er août 2020. Ce projet prévoit en particulier la construction d’un troisième four à Créteil qui brûlera 120 000 T de déchets supplémentaires.

Après une concertation biaisée l’année dernière menée par SUEZ, c’est une nouvelle preuve de la volonté de passer en force avec ce projet polluant et dangereux pour la santé des habitants. En effet, le moment choisi ne permettra pas une large participation des citoyennes et des citoyens alors que la péri ode d’urgence sanitaire n’est pas terminé et que les vacances estivales débutent. C’est une véritable entorse à l’article 7 de la Charte de l’environnement de valeur constitutionnelle : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites défini es par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »

Nous alertons depuis plusieurs mois sur l’existence de ce projet qui est très éloigné de l’intérêt général et d’une véritable politique écologique en matière de gestion des déchets.

Il faut souligner que l’énergie produite par le troisième four sera livrée uniquement au réseau de la Compagnie Parisien ne de Chauffage Urbaine (CPCU) et non au Réseau de Chauffage Urbain de Créteil. En revanche, c’est 100 % des habitant·e·s de Créteil qui subiront les milliers de camions supplémentaires et la pollution atmosphérique ! À quand une étude d’impact sur la santé des habitant·e·s à proximité de l’usine d’incinération.

S’agissant des déchets enfouis dans la région Île-de-France que nous devrions prendre en charge, ils proviennent quasi intégralement de l’activité économique des entreprises. Il faut souligner que la capacité actuelle de l’incinérateur de Créteil couvre largement les besoins la population des villes adhérentes dont Créteil au Syndicat Mixte Intercommunal de Traitement des Déchets Urbains du Val de Marne (SMITDUVM). Dès lors, est-ce à la population de supporter le traitement des déchets économiques ? Créteil et le Val-de-Marne ne sont pas les poubelles de la région Île-de-France, Madame Pécresse, sa présidente, soutenant d’ailleurs ce projet.

Nous demandons à Monsieur Laurent CATHALA, maire de Créteil et candidat pour sa réélection, qu’il intervienne auprès du Préfet pour exiger un report de cette enquête publique. Nous soutenons la demande de l’association ALIC faite au Préfet. Nous appelons également toutes les citoyennes et les citoyens concerné-es à s’informer et à se mobiliser contre ce projet archaïque.

La France Insoumise de Créteil demande :

– un abandon du projet du troisième four,

– une véritable démarche Zéro déchet en réduisant massivement les déchets à la source,

– privilégier le tri à l’incinération,

– tri à la source des bio déchets,

– gestion publique de l’usine d’incinération et réduction progressive de sa capacité à hauteur des besoins de la population des villes adhérentes au SMITDUVM,

– le développement du réseau de géothermie pour alimenter le réseau de chaleur de Créteil.

Retrouvez toutes nos propositions dans le livret « Déchets : nous n’en jetterons plus ! » sur le site de l’Avenir en Commun.

ParFranceInsoumise94000

Au-delà de ces élections, nos projets et nos combats sont plus que jamais d’actualité : communiqué de la liste « Créteil, l’avenir en commun »

Communiqué de la liste conduite par Thomas DESSALLES

À l’issue du premier tour des élections municipales, à Créteil, les listes conduites par Laurent Cathala et Thierry Hebbrecht vont concourir au second tour, le 28 juin prochain.

Nous avons pris acte de ces résultats, obtenus dans un contexte inédit. En effet, ce premier tour, tenu à la veille d’un confinement historique et pendant une crise sanitaire très grave, n’a vu que moins d’un électeur sur trois se déplacer pour exprimer son opinion dans notre ville. Malgré cette catastrophe démocratique qui s’est traduite dans tout le pays, le Président de la République M. Emmanuel Macron maintient le second tour de cette élection le 28 juin.

Dans ce contexte, nous tenons à remercier une nouvelle fois les Cristoliennes et les Cristoliens qui se sont mobilisés et nous ont témoigné leur confiance en apportant leur soutien aux idées fortes que nous défendions dans cette campagne pour la ville de Créteil et ses habitants. Nous nous sommes engagés dans cette élection municipale avec un collectif de citoyens intéressés par l’idée de créer une ville différente : écologique, solidaire, protectrice et donnant toute sa place à l’expression démocratique et à l’épanouissement de chacune et chacun.

En ce sens, nos valeurs et notre projet se différencient en tous points de la vision et des propositions réactionnaires et sécuritaires de la liste de M. Hebbrecht, à l’image de ce que développe son principal soutien Mme Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France : toujours moins d’égalité et d’accès à un confort de vie pour les franciliens et une doctrine ultralibérale empêchant le renforcement des services publics pourtant essentiels à tous, comme nous le rappelle douloureusement la crise actuelle du coronavirus. Sans l’hôpital public et le dévouement des soignants, ce serait sans aucun doute plus de 30 000 morts que nous déplorerions : le gouvernement doit en tirer les conséquences très vite, c’est un de nos combats prioritaires aux côtés des hospitaliers qui étaient en bonne place sur notre liste.

Face à cette droite mortifère, la liste du maire sortant Laurent Cathala est bien placée pour l’emporter et conduire un 8ème mandat successif. Cependant, la gestion immuable de la ville par M. Cathala n’est pas celle que nous souhaitons. Nous nous opposons avec force à sa vision de la ville et ses décisions affectant notre vie quotidienne :

• le projet du 3ème four pour l’incinérateur de Créteil qui brûlera 120 000 tonnes de déchets supplémentaires sans examen des alternatives et dont l’enquête publique a été reportée de manière scandaleuse juste après les élections, en plein mois de juillet,

• le renouvellement sans débat démocratique de la délégation de la gestion de l’eau à SUEZ, entreprise privée, alors que la gestion publique de l’eau permettrait de faire baisser la facture,

• le soutien de la ville à la Cité éducative, laboratoire des expériences du ministre de l’éducation nationale, M. Blanquer, qui ne favorisera pas la réussite de nos enfants,

• le développement de projets immobiliers spéculatifs comme le gratte-ciel « arbre de vie » dans le quartier de l’Échat qui favorisent l’augmentation des loyers et menacent l’identité populaire de notre ville,

• l’agrandissement sans limite de Créteil Soleil et son ouverture tous les dimanches au détriment de la survie des commerces de quartier et de la vie de famille des travailleurs …

Nos désaccords sont donc profonds et nous ne concevons pas la vie politique et démocratique comme l’appropriation du pouvoir par une seule et même personne depuis plus de 40 ans. De plus, l’opportunisme du maire est connu de tous notamment lors de son accession à la présidence de l’établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir avec les voix de maires de droite. Il n’a pas non plus caché sa sympathie pour le député de la macronie Jean-François Mbaye, élu avec son soutien et l’inertie du PCF et d’EELV de Créteil face à notre candidat, François Cocq.

Ainsi, nous ne souhaitons pas donner de consigne de vote, nous faisons confiance à la responsabilité citoyenne des Cristoliennes et des Cristoliens pour ce second tour des élections municipales. Certains parmi nous s’interrogent sur la décision d’organiser ce scrutin sans possibilité de débat démocratique et s’abstiendront, d’autres voteront blanc pour faire valoir leur droit d’expression, d’autres enfin voteront peut-être pour la moins pire des deux listes. En tout état de cause, nos principes et engagements étant clairs, pas une voix n’ira à la droite.

Au-delà de ces élections, bien évidemment, nos réflexions, nos projets et nos combats sont plus que jamais d’actualité !

Nous continuons à débattre, réfléchir et agir pour construire une alternative démocratique, écologique et sociale à la hauteur des enjeux actuels en priorisant toujours l’humain sur les profits. Notre programme municipal porte cette ambition écosocialiste. Pendant le confinement, des projets ambitieux ont émergé pour changer notre société de fond en comble. Des organisations du mouvement social et écologique ont proposé dans le cadre de l’appel Plus jamais ça, 34 mesures pour une sortie de crise. La France Insoumise a également mis à jour son programme « L’Avenir en commun ».

Les luttes sociales sont porteuses d’espoir à l’image du mouvement mondial contre le racisme et les violences policières, porté par la jeunesse comme pour les marches pour le climat. Au côté des Renault de Choisy, nous nous opposons aussi à la casse sociale en marche dans de nombreux secteurs, encouragée par la politique du gouvernement d’Édouard Philippe qui souhaite que tout continue comme avant !

Dès la rentrée, nous vous donnons rendez-vous lors d’une prochaine assemblée citoyenne, ouverte à toutes et à tous pour reprendre contact après ces mois difficiles et continuer à poser les bases d’un monde plus juste, respectueux de la planète et de l’humanité !

A bientôt !

Créteil, le 19 juin 2020

ParFranceInsoumise94000

Ouverture d’une commission d’enquête citoyenne COVID-19 dans les hôpitaux de Créteil

Les soignants en première ligne ont vécu une expérience de la crise sanitaire du COVID-19 qui doit être entendu et comprise pour l’avenir de notre système de soins. Ils ont d’ors et déjà traversé depuis deux mois une épreuve individuelle et collective qui doit être respectée et appréciée à sa juste valeur. Des centaines d’entre eux ont payé leur engagement en contractant le virus et plusieurs d’entre eux en sont morts. Or, au mépris de cette réalité, les tentatives pour étouffer leurs paroles sont déjà à l’œuvre.

La propagande du gouvernement les institue en héros avec des médailles à la clef pour mieux cacher l’absence de revalorisation salariale et de recrutement dans les hôpitaux. Qui sait que pour certains, leur prime de danger était de 62 centimes par jour !

Dans les services, la hiérarchie veille à contrôler l’expression des agents pour sauver la face d’une organisation de l’état qui a failli depuis le début de la crise. L’enjeu est aussi de continuer le travail de sape de l’hôpital public qui a conduit notamment à la suppression de 100 000 lits en 20 ans par les gouvernements néolibéraux successifs.

Aussi, après une première rencontre avec des agents du service de réanimation de Mondor, nous avons annoncé la création d’une commission d’enquête citoyenne pour permettre à tous les agents hospitaliers de Créteil de s’exprimer et de décrire la réalité de la crise qu’ils traversent. À Mondor, à Chennevier, au CHIC, les médecins, infirmiers, aides-soignants, brancardiers ne doivent pas être dépossédé de leur histoire professionnelle pendant la crise sanitaire.

La reconstruction de notre société doit s’appuyer sur leurs expériences car c’est un renversement de nos priorités qui doit désormais être notre horizon. Il faut tirer les leçons avec eux de cette gestion catastrophique de la crise.

Dans ce cadre, nous appelons tous les personnels des hôpitaux de Créteil à nous contacter si ils souhaitent témoigner dans le cadre de notre commission en nous écrivant : franceinsoumisecreteil@orange.fr

Ces travaux s’articulent avec les travaux de la commission d’enquête de suivi du COVID-19 des parlementaires de La France insoumise à l’Assemblée nationale et au Parlement européen qui poursuit trois objectifs : comprendre les dysfonctionnements qui ont amené à un tel niveau de crise, étudier la gestion de la crise et ses répercussions à tous les niveaux, préparer l’après crise. Vous pouvez retrouver les auditions sur le site de La France Insoumise.

ParFranceInsoumise94000

Plus jamais ça ! Les remerciements ne suffiront pas, des changements systémiques s’imposent !

Depuis près de deux mois, nous faisons face à la pandémie du COVID-19 qui a entraîné la mort de milliers de femmes et d’hommes de notre pays.

Créteil est en première ligne avec la mobilisation exceptionnelle du personnel hospitalier de Mondor et du CHIC. Celui-ci alertait le gouvernement depuis des mois sur le manque de moyens et les conditions de travail dégradés : tout le monde se souvient du SOS lumineux géant inscrit sur le grand immeuble de Mondor au début de l’année. Nous payons aujourd’hui le prix de leur acharnement qui a conduit a fermé 100 000 lits dans l’hôpital public depuis 20 ans sous les gouvernements de Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron …

Soutien aux urgences gynécologiques du CHIC en grève (5 mars 2020)

Les soignants paient aussi de leurs vies leur exposition au COVID-19 sans moyen de protection adéquat : maques FFP2 périmés, sur-blouses en sac poubelle, charlotte de pâtisserie … Ils multiplient les journées à rallonge et les heures supplémentaires. Les syndicats de Mondor ont été obligés de faire un droit d’alerte au CHSCT car les personnels sont en danger grave et imminent. Nous les soutenons pleinement avec tous les cristoliens qui multiplient les messages de solidarité et remercions tous ces hommes et ces femmes qui s’engagent avec courage pour la vie des autres.

Dans les EHPAD et les maisons de retraite, le personnel fait tout son possible pour sauvegarder la vie et la santé de nos anciens qui sont le plus durement touchés par ce virus.

Mais les remerciements ne suffiront pas. Il faudra que les responsables paient lourdement. Les manquements dans la gestion de crise sont innombrables : irresponsabilité avec la démission de la ministre de la santé en pleine pandémie et la tenue du 1er tour des élections municipales, impréparation et manque d’anticipation pour les masques et les tests, maintien de l’activité économique non essentiel au détriment de la santé des salariés, précipitation pour reprendre l’école alors que le conseil scientifique préconise un retour à l’école en septembre … Dans cette incurie, il y a à la fois un aveuglement idéologique, un égoïsme social acharné et une déconnexion de plus en plus grande de la réalité.

Il faut aussi souligner que nous ne sommes pas tous égaux pour résister à cette crise sanitaire. Il y évidemment tous les salariés qui n’ont pas la possibilité de télétravailler : aide-soignants, caissières, éboueurs, chauffeurs routiers, salariés de l’incinérateur de VALOMARNE, conducteurs de bus du dépôt de Créteil… exposés, leur utilité sociale est inversement proportionnel à leur reconnaissance statutaire et salariale. Il faudra y remédier.

De plus, toutes les violences de notre société sont exacerbées pour les plus précaires et les plus fragiles d’entre nous : sans-logement, sans-papiers, femmes violentées, enfants battus, violences policières et racisme … Des mesures d’urgence de protection doivent être prises tels que la réquisition des logements, un moratoire sur les loyers, la régularisation de tous les sans sans-papiers qui assurent la continuité de l’activité économique et l’ouverture de structures d’accueil pour les victimes des violences domestiques.

A Créteil, des associations se sont mobilisés pour confectionner des masques et les mettre à disposition des plus précaires. Des colis alimentaires ont également été distribué par des bénévoles. Ce sont de belles initiatives qui s’ajoutent à toutes les solidarités citoyennes qui se sont mises en place dans cette période.

A moyen terme, ce temps d’arrêt du confinement doit nous faire prendre conscience des changements systémiques qui s’imposent. La colère et la solidarité populaire qui s’expriment aux balcons doit trouver un débouché politique. Des organisations du mouvement social et écologique ont proposé l’appel stimulant et la pétition Plus jamais ça : https://www.bastamag.net/covid19-coronavirus-plus-jamais-ca-petition-jour-d-apres-rupture-politique-neoliberale-services-publics-relocalisation. La France Insoumise a actualisé son programme l’avenir en commun soutenu par plus de 7 millions d’électeurs en 2017 : https://lafranceinsoumise.fr/2020/04/13/le-monde-dapres-peut-commencer-maintenant-lavenir-en-commun-mis-a-jour/

L’alternative citoyenne, populaire et écologique est possible et désormais, plus que jamais, nécessaire !

ParFranceInsoumise94000

Non aux 14 fermetures de classes à Créteil !

Non aux 14 fermetures de classes à Créteil !

Chaque année, depuis le début du quinquennat de Macron, les écoles de Créteil subissent une dizaine de fermetures de classes. Cette année est cependant exceptionnelle : les enfants sont confinés depuis le 16 mars et ils ne peuvent pas poursuivre leur apprentissages. Le Ministre de l’Éducation nationale, Blanquer, a ainsi annoncé la création de 1248 postes pour tenter d’accueillir au mieux les enfants l’année prochaine et combler ces mois d’enseignement perdu.

Et dans le Val-de-Marne ? zéro poste ! et le 93 ? idem ! Ce sont donc les départements les plus fragiles et qui concentrent les plus grandes difficultés économiques et sociales, qui paieront un lourd tribut et Créteil n’est pas épargnée. Parmi ces 14 fermetures annoncées, 5 en maternelle et 9 en élémentaire, les écoles en éducation prioritaire sont particulièrement touchées : les écoles maternelles de La Habette, Camus et Les Guilblets (également en élémentaire).

Mais ce n’est pas tout : 3 postes en CP ou CE1 dédoublés, les fameuses classes à 12, pour les élèves les plus en difficultés seront supprimées. Regardons de plus près la situation de l’école Allezard : si les 6 CE1 étaient maintenus, il y aurait une moyenne de 11 élèves par classe (comme cette année en CP). Avec cette fermeture, ils seront près de 14 par classe alors qu’ils ont perdus plusieurs mois de cours de CP cette année.

Si le premier ministre a rappelé que l’enseignement était essentiel lors de sa longue conférence de presse dimanche, les fermetures de classes à Créteil, toujours plus nombreuses, toujours plus injustes, révèlent le véritable visage de ce gouvernement : toujours moins pour ceux qui en ont le plus besoin. Les insoumis de Créteil seront aux cotés des parents et des enseignants pour lutter ensemble pour une école de l’égalité et de l’émancipation.

Créteil, le 21 avril 2020

ParFranceInsoumise94000

La démocratie escamotée …

Le chef de l’état a déclaré la France en guerre contre le coronavirus. Le contexte de crise sanitaire est sans précédent. Il est d’autant plus inquiétant que les gouvernements successifs, des Sarkozy, Hollande et Macron ont baissé les moyens de la recherche fondamentale et de l’hôpital public. Dans ce contexte, le Président de la République a décidé de maintenir le premier tour des élections municipales. Alors même que sa ministre de la santé l’alertait il y a plusieurs semaines sur la gravité de la crise son obsession a été de faire passer le 49.3. Il aurait mieux fait de déclencher la réquisition des cliniques privées. Le passage au niveau 3 annoncé la veille du scrutin par le premier ministre a fini de plomber la volonté de participation des citoyennes et citoyens, inquiets pour leur santé. A Créteil, l’abstention s’élève au niveau record de 69,86 % des inscrits, une catastrophe démocratique mais aussi la preuve que les citoyen.ne.s avaient bien mesuré le danger et choisi le confinement avant l’annonce.

Le système cathaliste a bien résisté. Avec 5821 voix, il est largement en tête. Cependant, alors que la moitié des maires du Val-de-Marne ont été élus au premier tour, Laurent Cathala ne parvient pas à l’être pour son huitième mandat.

Sur la base de notre programme éco-socialiste et d’une liste citoyenne dont nous sommes fiers, nous parvenons à nous hisser au-dessus de la barre des 5%. Il est clair que l’attente écologique et de renouvellement démocratique, bien présente dans la population, n’a pu s’exprimer. L’abstention, particulièrement importante dans les bureaux populaires, ne permet pas d’avoir un reflet réel du poids politique du mouvement citoyen.

Nous souhaitons saluer le travail exemplaire des agents administratifs en cette journée particulièrement difficile où, malgré leur crainte, ils ont fait honneur au service public. Même chose pour les assesseurs, inquiets eux aussi. Nous remercions tout particulièrement nos électeurs qui, malgré ce contexte, sont venus soutenir la démarche citoyenne qui est la nôtre.

Sur le fond, nous regrettons que les véritables débats sur l’avenir de la ville n’aient pas eu lieu. La stratégie d’évitement du maire pour faire perdurer l’ordre établi a fonctionné à plein. Il a refusé systématiquement tout débat. La multiplication des listes a favorisé l’éparpillement des voix à son profit.

Nous continuerons notre combat pour donner de nouveaux outils démocratiques aux citoyen.ne.s. Nous demandons que tout soit fait pour que les cristolien.ne.s puissent vivre tranquillement de jour comme de nuit. Refusant que SUEZ soit le grand gagnant de ces élections, nous combattrons la construction du troisième four de l’incinérateur qui prévoit 120 000 tonnes de déchets supplémentaires incinérés à Créteil. Nous demandons une relance des études sur la géothermie. Le renouvellement de délégation de service public de l’eau aura lieu en 2021. Nous voulons qu’une étude soit faite sur la municipalisation de l’eau qui devrait entraîner une baisse des factures. Nous voulons que la municipalité s’engage contre la spéculation immobilière et qu’elle arrête de favoriser le travail du dimanche à Créteil Soleil, autre grand gagnant de cette élection, au détriment des commerces de proximité.

Nous poursuivrons nos batailles sociales et écologiques car le pire serait que, suite à la crise du coronavirus, rien ne change. La défense des services publics de la santé, de la recherche et de l’éducation est primordiale et ne doit souffrir d’aucun compromis. L’alternative citoyenne, populaire et écologique est toujours plus que nécessaire et nous serons là pour la défendre. 

Une bonne nouvelle pour finir, l’extrême droite est effacée de la vie politique cristolienne. Mais dans le pays, attention, ces vautours rôdent autour de la république décharnée par la droite, la social-démocratie et la macronie qui les réuni.

Citoyennes, citoyens, dans ce contexte difficile, gardons à l’esprit que la vigilance, doublée d’une infaillible pratique de la fraternité et de la volonté d’égalité, nous permettra de garantir la santé et la liberté de toutes et tous sur notre territoire.

Créteil, le 20 mars 2020

ParFranceInsoumise94000

Des candidat·e·s s’engagent sur les propositions du programme de « Créteil, l’avenir en commun » : le 15 mars, voter pour eux, c’est voter pour un  avenir en commun  à Créteil !!!

Nos candidat.e.s seront fermes sur nos priorités :

– Assurer la tranquillité et la sécurité de toutes et tous, de jour comme de nuit.

– Encadrer les loyers pour préserver le pouvoir d’achat des cristolien·ne·s.

– Donner le pouvoir aux habitant·e·s de Créteil avec le non-cumul des mandats

pour le maire et deux mandats consécutifs maximum, la révocation

des mandats et le référendum d’initiative citoyenne.

– Abandonner le troisième four de l’incinérateur soutenu par le maire qui

brûlera 120 000 tonnes de déchets supplémentaires à Créteil.

– Mettre en place la régie publique de l’eau pour faire baisser la facture.

Le 15 mars, un seul bulletin vous représentera dans les urnes, celui de « Créteil, l’avenir en commun »…

…avec un programme que nous avons construit au fil des rencontres et des échanges avec les cristolien·ne·s (questionnaire, porte à porte, rencontres,…)

…et la profession de foi de Thomas Dessalles, tête de liste de « Créteil, l’avenir en commun », soutenue par la France Insoumise, pour une alternative citoyenne, écologique et sociale à Créteil.

Contre la politique de Macron, votez pour la liste «  CRÉTEIL, L’AVENIR EN COMMUN » afin de défendre l’identité populaire de la ville, de développer les services publics protecteurs et d’engager la transition écologique à Créteil.

ParFranceInsoumise94000

Pourquoi Laurent CATHALA refuse le débat sur la régie publique de l’eau ?

En 2021, la délégation de service publique avec SUEZ arrive à son terme à Créteil. C’est l’occasion pour nous de reprendre en main le système de distribution de l’eau. L’eau est un bien commun que des multinationales se sont appropriées au cours du siècle dernier en créant des dommages considérables à l’environnement. Le pillage des nappes phréatiques est généralisé par l’industrie agroalimentaire, Coca cola en premier, mais aussi par exemple par Nestlé qui surexploite la nappe de Vittel pour alimenter son usine de plastique. A Grasse, en délégation de service public avec SUEZ, les habitants ne sont plus alimentés en eau potable car par manque d’entretien du réseau, elle est contaminée par la cryptosporidiose, infection du tube digestif.

Plus de 300 villes ont recréé des régies publiques de l’eau, parmi elles Grenoble, Nice, Bordeaux, Rennes, Cherbourg, Briançon, Paris. Résultat : des économies de 15 à 30 %, des investissements écologiques et une meilleure qualité de l’eau ! Ces villes sont de tous les bords politiques. Il faut seulement que les élus aient un peu de courage politique pour s’opposer à la machine de guerre des multinationales.

Les excédents sur les comptes de SUEZ pour sa gestion à Créteil, se chiffre à 53 millions d’euros d’excédent en 2018 et il était de 58 millions d’euros en 2017. Normalement nous devrions retrouver ces excédents dans les produits de l’année d’après, ou dans des investissements pour une meilleure qualité de l’eau ou du réseau. Mais chaque année, ils s’évaporent dans les comptes de la maison mère et dans les dividendes des actionnaires !

Manifestement, Laurent Cathala depuis 43 ans maire de Créteil, ne souhaite rien changer et surtout pas mener ce combat contre SUEZ. Il prend soin de ne pas informer les habitants de Créteil sur cet enjeu. Pas un mot dans son programme… Alors que la campagne municipale bat son plein, c’est un vrai déni de démocratie.

De notre côté, nous sommes clairs. Nous mettrons en place une régie publique de l’eau pour faire baisser la facture et reprendre le contrôle de ce bien commun, indispensable à la vie. Nous instaurerons la gratuité des compteurs au domicile principal et des premiers mètres cubes vitaux. Une tarification progressive permettra de dissuader les gaspillages.

Notre liste citoyenne, ‘Créteil, l’avenir en commun’, c’est l’écologie populaire en acte !

ParFranceInsoumise94000

Lettre ouverte de réponse à la Coordination de Vigilance du GHU H.Mondor/A.Chenevier

Lettre ouverte de réponse à la Coordination de Vigilance du GHU H.Mondor/A.Chenevier

Créteil, le 6 mars 2020

Madame, Monsieur,

Nous avons lu avec attention votre interpellation des candidat·e·s aux élections municipales dans le Val-de-Marne. Nous sommes avec vous depuis des années dans les combats pour sauvegarder les services et les spécialités menacées à Créteil. Nous étions aussi présents l’année dernière lors des États généraux de l’Hôpital dans le Sud de l’Île-de-France, d’Est en Ouest qui ont permis d’ouvrir des perspectives d’avenir pour notre service public de santé. Vous pouvez donc compter sur nous pour être à vos côtés dans l’avenir.

A Créteil, nous avons une responsabilité particulière. Les nombreux hôpitaux présents sont un pilier du dynamisme de la ville. Nous nous battrons pour maintenir les différentes spécialités des hôpitaux Henri Mondor, Albert Chenevier et du CHIC. Nous serons aux côtés des personnels hospitaliers et des patients pour défendre leurs conditions de travail et le service public. Le service public de la santé est une des forces de Créteil et le droit à la santé ne doit jamais devenir un luxe.

Nous souhaitons en particulier favoriser l’installation de nouveaux médecins en ouvrant un centre municipal de santé, public et pluridisciplinaire en collaboration avec les établissements hospitaliers de la ville.

Notre combat pour l’hôpital public est clair et sans ambiguïté. Cela nous semble nécessaire pour consolider avec vous le rapport de force contre les politiques néo-libérales de casse du service public. Nous accueillons d’ailleurs sur notre liste plusieurs infirmier·e·s, exerçant dans les hôpitaux Mondor et Chenevier, et une cadre de santé qui connaissant très bien la réalité des conditions de travail et des besoins de notre territoire en matière de santé.

Il n’en est manifestement pas de même sur la liste de Monsieur Cathala qui accueille en son sein Monsieur Pelissolo, chef de service de psychiatrie au CHU Henri Mondor. Il est même le porte-parole de la liste ! Pourtant, Monsieur Pelissolo participe activement à la privatisation de l’hôpital que vous dénoncez.

En effet, à son arrivée à Créteil, il sait que la psychiatrie est un lourd service qui regroupe 3 secteurs constitués par les villes de Maisons-Alfort, Bonneuil et Créteil (un secteur est censé regroupé 70 000 patients). Le budget était de moitié inférieur à celui d’un secteur normal psychiatrique, ce qui était déjà scandaleux. A l’été 2019, comme chaque année, une unité d’une vingtaine de lits a été fermée pour permettre les congés du personnel. A la rentrée, celui-ci apprend qu’elle ne rouvrira pas soi-disant faute de médecins psychiatres. Au lieu d’une nécessaire sixième unité il en supprime donc une ! Cette décision entraîne la surpopulation dans les chambres, une surcharge de travail pour les soignants et une recrudescence d’actes de violences des patients stressés. Il réfléchit alors à une solution via un partenariat. « Grand défenseur » de l’hôpital public et il a l’idée géniale de trouver une clinique privée ou toute une unité doit être déplacée.Pour lui donc partenariat = privatisation. Les macronistes apprécieront son geste de privatiser 20% de son service. Il jouera paraît-il un grand rôle si la liste de Monsieur Cathala obtient la majorité …

Le gouvernement et Emmanuel Macron, dans le même esprit, sont restés sourds à des mois de mobilisation des personnels soignants. Il faudra mettre fin à cet aveuglement inhumain. Pour nous, la santé des français mérite mieux qu’être une ligne comptable sur un document de technocrates.

Les élections sont l’heure des choix. Notre choix est d’être aux côtés du personnel hospitalier qui se bat pour de meilleures conditions de travail et la préservation d’un service public de la santé. Il est grand temps de porter une véritable alternative sociale, écologique et démocratique dans le pays et à Créteil.

Bien à vous,

Thomas DESSALLES, tête de liste de la liste citoyenne ‘Créteil, l’avenir en commun’ soutenue par la France Insoumise

ParFranceInsoumise94000

Pour l’avenir de Créteil, notre programme éco-socialiste

Pour l’avenir de Créteil, notre programme éco-socialiste – Créteil, le 6 mars 2020

Les élections municipales semblent parfois un peu éloignées des grands enjeux qui traversent actuellement notre société et qui sont le fruit des impasses du capitalisme : dérèglements climatiques, réforme des retraites, menaces de guerre, crise financière, démantèlement des services publics …

Pourtant, ces élections de l’année 2020 sont à un moment charnière de la vie démocratique de notre pays. A Créteil tout particulièrement, la liste citoyenne ‘Créteil, l’avenir en commun’ pourrait faire basculer de vieux équilibres et montrer la voie d’un nouveau projet politique.

En effet, nous pensons qu’il est possible de renouveler la politique et de s’appuyer sur les avancées locales pour participer à l’émancipation de toutes et tous. Des solidarités peuvent se construire à l’échelle d’un quartier ou dans la reprise en main des réseaux qui structurent notre vie : énergies, transport, communication, alimentation … Il faut s’appuyer sur ces dynamiques sociales pour engager la transformation de nos modes de vie au quotidien.

En ce sens, le productivisme, intrinsèquement liée au consumérisme qu’incarne le mégacentre commercial de Créteil Soleil, doit être définitivement remisé aux oubliettes de l’histoire. En participant au grand déménagement du monde il est incompatible avec la survie de la planète et produit ici et là-bas des régressions sociales permanentes. A notre niveau et pour agir dès maintenant, il faut appuyer les revendications de droits collectifs pour les salarié·e·s du centre commercial : local syndical, restauration collective, rétablissement du repos dominical … A moyen terme, il faut réfléchir à la requalification de ces milliers de mètres carrés dédiés à la consommation et se réapproprier cet espace public au cœur de la ville.

La gestion des déchets est le revers de la médaille de ce modèle de société productiviste. Il faut stopper le projet anachronique du troisième four de l’incinérateur qui conduirait à brûler 120 000 tonnes de déchets supplémentaires sur la ville de Créteil. Le Val-de-Marne assume déjà 25 % de l’incinération des déchets de la région alors qu’il ne représente que 12 % de la population, cherchez l’erreur … ces inégalités environnementales ne sont plus supportables, ni justifiables. L’association Affamons l’incinérateur de Créteil (ALIC) mène ce combat en lien avec le Collectif 3R mobilisé contre l’incinérateur d’Ivry. Nous nous appuyons sur ces luttes écologiques pour proposer un autre modèle de société.

Par ailleurs, un pouvoir communal éco-socialiste mettra un coup d’arrêt à la privatisation des biens communs. En cela, la bataille pour la régie publique de l’eau est centrale dans cette campagne car le contrat entre la ville de Créteil et la multinationale SUEZ arrive à échéance en 2021. Nous devons rejoindre le vaste mouvement de municipalisation de ce bien commun vital. C’est aussi de l’écologie populaire car il est démontré que cette reprise en main conduira à la baisse des factures de tous les habitant·e·s.

En matière urbaine, Créteil n’est pas sortie pour une large part de l’héritage gaullien étatique du tout voiture, le transport étant la première source de gaz à effet de serre. Or, la place de la voiture est également un élément discriminant important car bien des ménages n’ont pas les moyens d’entretenir une voiture alors que celle-ci monopolise une majorité de l’espace public, au détriment des modes de déplacements plus économiques et plus écologiques. La gratuité des transports publics est évidemment un objectif à réaffirmer dans le cadre d’un projet éco-socialiste.

De manière plus générale, en se retournant sur l’histoire urbaine de Créteil, on peut distinguer quatre phases du développement urbain de la ville. Une première phase se situe avant les années 60 avec le noyau urbain du village de Créteil auquel s’adjoint les logements sociaux du Mont-Mesly à la fin des années 50 et les Bleuets en 1962. Ces deux quartiers forment encore aujourd’hui les piliers du patrimoine des logements sociaux de Créteil. En 1965, le Général Billotte, comme il le formule lui-même, veut avec le « Nouveau Créteil » donner son Versailles au Général De Gaulle avec un objectif d’atteindre plus de 100 000 habitants. A partir de 1977, avec l’élection de Laurent Cathala toujours en place, une tentative de municipalisme socialiste est mise en place qui dérive rapidement vers le modèle dominant de la ville néolibérale, où la ville est essentiellement construite par les promoteurs immobiliers.

Le dernier grand projet inutile en date de gratte-ciel « L’arbre de vie » est symptomatique de cette évolution. Elle est encouragée par l’arrivée de la ligne 15 du Grand Paris qui aiguise les appétits des spéculateurs immobiliers. C’est pourquoi il faut mettre en urgence en place l’encadrement des loyers pour préserver l’identité populaire de Créteil.

Aujourd’hui, pour remplacer ces projets urbains usés, un nouveau municipalisme éco-socialiste est possible en s’appuyant sur les luttes urbaines, sociales et écologiques. Entre l’état et le marché, la commune peut ouvrir des perspectives d’émancipation sociale et écologique. Si les cristoliennes et les cristoliens le décident, Créteil pourrait incarner ce modèle de ville écosocialiste.

Ce projet va de pair avec une refonte totale de la démocratie locale. David Harvey, géographe britannique souligne dans un ouvrage de 2010 intitulé Géographie et capital : « Il est impératif de travailler à la démocratisation du droit à la ville et à la construction d’un large mouvement social pour que les dépossédés puissent reprendre le contrôle de cette ville dont ils sont exclus depuis si longtemps, et pour que puissent s’instituer de nouveaux modes de contrôle des surplus de capital qui façonnent les processus d’urbanisation. Henri Lefebvre avait raison de souligner que la révolution serait urbaine, au sens large du terme, ou ne serait pas. »

Aussi, nous proposons des outils de reprise en main du pouvoir démocratique nécessaire pour accompagner cette révolution citoyenne : révocation des mandats, référendum d’initiative citoyenne, budgets participatifs, appui technique et droit à l’expertise indépendante, création d’ateliers urbains …

L’enjeu est ainsi pour nous de dessiner une alternative démocratique, sociale et écologique, à partir de l’échelle locale, contre le régime néolibéral autoritaire de Macron et les perspectives brunes du Rassemblement National. Sans céder au catastrophisme, l’éco-socialisme est une voie de sortie par le haut de la crise démocratique, sociale et écologique.

Thomas Dessalles, tête de liste de la liste citoyenne « Créteil, l’avenir en commun » soutenue par la France Insoumise


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/creteili/public_html/wp-includes/functions.php on line 4609