Archives de catégorie Communiqués

ParFranceInsoumise94000

Des moyens pour l’éducation, c’est urgent !

DES MOYENS POUR L’ÉDUCATION, C’EST URGENT !

Les groupes d’action de la France insoumise de Créteil apportent leur soutien aux personnels de l’Éducation nationale et aux parents mobilisés depuis des mois pour obtenir des moyens pour l’école.

Un an après le premier confinement pendant lequel les établissements scolaires ont été fermés, le nombre d’enseignants et d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) est toujours insuffisant et les conditions d’apprentissage des élèves ne cessent de se dégrader.

Le 23 janvier 2021, parents et enseignants ont défilé à Créteil Soleil en chantant « on veut du fric pour l’école publique ! ». Ils dénonçaient notamment le manque de remplaçants dans les classes en primaire : il y en a seulement 160 dans le département alors que 400 sont nécessaires.

Le 19 mars, c’était au tour des enseignants des collèges et des lycées de manifester devant le rectorat de Créteil après l’annonce des dotations horaires globales (DHG) dans les établissements du département. 1000 élèves supplémentaires sont attendus dans les collèges dans le département, mais le rectorat supprime 66 équivalents temps-pleins. Et ce sont seulement trois postes qui seront ouverts pour 3000 élèves supplémentaires.

Concrètement, au collège Simone de Beauvoir de Créteil, il y aura l’année prochaine 58h d’enseignement en moins et donc deux classes fermeront, une 4e et une 3e, alors que l’ouverture d’une classe de 6e était demandée face à l’augmentation du nombre d’élèves. Des classes surchargées, c’est moins de temps et d’attention pour chaque élève et donc des conditions d’apprentissages qui se détériorent… alors que la Covid perturbe au quotidien le bon déroulement des cours depuis un an.

Les manifestations, rassemblements et journées de grève se multiplient mais le rectorat continue à gérer la pénurie de personnels. Le Gouvernement a supprimé 1800 postes dans les collèges et lycées à la rentrée 2021. Dans les écoles, il y a cette année 900 places en moins au concours de professeur des écoles, dont 100 de moins dans l’académie de Créteil qui compte pourtant le plus d’établissements en zone prioritaire avec Versailles.

En pleine pandémie et alors que nous avons plus que jamais besoin d’enseignants, les macronistes choisissent de sacrifier l’avenir de nos enfants. Il faut mettre un terme à cette politique.

Créteil, le 25 mars 2021

ParFranceInsoumise94000

Un coup de poignard dans le coeur de Mondor !

Laurent Cathala, maire et président du conseil hospitalier de territoire GHU HENRI MONDOR a signé un communiqué en ce début d’année avec notamment Martin Hirsch, Directeur général de l’AP-HP, validant une décision lourde de conséquence sanitaire pour les habitant·e·s du Val-de-Marne.

En effet, par un courrier en date du 4 janvier 2021 adressé à l’agence de Biomédecine, Martin Hirsch acte la délocalisation de la transplantation cardiaque de l’hôpital Henri-Mondor au sein de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, hôpital en manque d’activité cardiaque.

Dans ce bâtiment parisien, vitrine de l’AP-HP, 4 salles sont dédiées à la chirurgie cardiaque mais à ce jour, seul deux d’entre elles sont en activités.

Alors oui, sur Mondor la greffe était en perte de vitesse sur ces deux dernières années. La raison était donc toute trouvée pour piller Mondor ? C’est en fait une stratégie dûment planifiée car les greffes sont systématiquement retiré de Mondor depuis une dizaine d’année : greffes de visages transférées sur l’Hopital Européen Georges Pompidou (HEGP), transplantation hépatique sur l’hôpital Paul Brousse en 2018.

Au-delà des disciplines d’excellence ce sont aussi les cerveaux qui partent. Cette décision a des conséquences majeures sur la recherche, sur l’enseignement et sur l’offre de soins. Il est très loin le temps où Laurent Cathala défendait l’hôpital public et le combat pour sauver la chirurgie cardiaque mené en 2011.

Déjà, lors de la bataille pour sauver la transplantation hépatique Laurent Cathala se démarquait en remettant la médaille d’honneur à l’ancienne directrice de l’hôpital Mondor pour la remercier de son sabotage. Les hospitaliers de Mondor n’ont pas oublié.

C’est ainsi que de reniement en renoncement à défendre l’hôpital public, les élus PS du conseil départemental ont refusé de voter le vœu présenté par Christian Favier lors de la séance plénière du conseil départemental: « Pour le maintien et le développement du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Henri-Mondor et la défense du service public hospitalier ». Face à l’unanimité pour ce vœu de tous les bords politiques, les conseillers départementaux PS de Créteil ont pleinement assumé ce choix d’abandonner l’excellence et l’autonomie de l’hôpital Mondor…

Incompréhensible pour les personnels hospitaliers de lire que des soignants tout nouvellement élus comme adjoints a la mairie et pour certains, toujours actif à l’hôpital, puissent valider ce pillage et ainsi accélérer la casse d’Henri-Mondor.

Cette logique néolibérale d’abandon des services publics nous la combattons et la dénonçons depuis longtemps. Il est urgent de soutenir la coordination de vigilance ainsi que les personnels pour qu’ils soient reçus par l’ARS et le ministre de la santé.

Défendons notre hôpital public!

CRETEIL, le 2 mars 2021

ParFranceInsoumise94000

Scandale, ils veulent enlever la greffe cardiaque de Mondor !

Scandale, ils veulent enlever la greffe cardiaque de Mondor !

L’Hôpital Henri Mondor est de nouveau attaqué… Déjà en 2011, l’ARS (Agence Régionale de Santé) voulait fermer la chirurgie cardiaque de l’hôpital Henri Mondor. C’était sans compter sur la mobilisation des usagers, des élus politiques, des personnels soignants. Une pétition du comité de vigilance de l’hôpital a obtenue plus de 100 000 signatures et le projet avait été abandonné.

Revanchard, l’ARS et Martin Hirsch, Directeur Général de l’APHP, valide aujourd’hui la délocalisation de la greffe cardiaque sur l’hôpital de la Pitié Salpêtrière par la création d’un bi-site. Ils confirment : tout pour Paris, rien pour les banlieues !!!!

Les conséquences pour notre hôpital Henri Mondor sont plus que catastrophiques. Cette décision fragilise sérieusement la complémentarité Soins-Recherche-Enseignement qui constitue la force de cet hôpital.

En 2018, la FI soutenait le combat auprès des personnels soignants et usagers afin de sauver la greffe hépatique. Nous avions malheureusement perdu et pressentions les conséquences en cascade qui adviendraient. La volonté de délocaliser la greffe cardiaque en est clairement une.

A la veille de l’ouverture du bâtiment RBI, dans un contexte de pandémie internationale, la stratégie qui consiste à affaiblir et à fragiliser l’offre de soins de notre département est irrationnelle, et vient percuter frontalement le plan Régional de Santé en Île-de-France.

Afin de stopper ce scénario mortifère, la FI demande au ministre de la santé l’arrêt de cette délocalisation, demande un rendez-vous avec le directeur de l’ARS et appelle les élus du département et les usagers à soutenir et rejoindre les personnels soignants et leurs organisations syndicales dans ce combat contre l’injustice sanitaire et la politique de terre brûlée du gouvernement.

Tous ensemble sauvons l’hôpital !

Créteil, le 15 janvier 2021


Co-distribution Sud, PC et FI sur le marché de Créteil (17-01-2021)

A la veille d’échéances électorales départementales et régionales importantes, il est primordial que tous ensemble (élus, acteurs des mouvements sociaux, militants des partis politiques et usagers) nous nous mobilisions pour défendre l’hôpital public et empêcher la fermeture de la transplantation cardiaque à Henri Mondor.

Communiqué de la Coordination de Vigilance du GHU Henri Mondor / Albert Chenevier / Émile Roux

Le département inquiet interpelle le ministre

A lire aussi, l’article de 94Citoyens : « Suppression de la greffe cardiaque à l’hôpital Mondor de Créteil ».

ParFranceInsoumise94000

Devoir d’humanité : il faut trouver des solutions d’hébergement et de scolarisation pour le bidonville de l’Échat

Depuis plusieurs semaines, des habitations de fortune se sont installées en bordure de la RD19, à l’angle de la rue Viet et de l’embranchement de l’A86, dans le quartier de l’Échat. Elles abritent environ 20 adultes et 20 enfants dans des conditions difficiles.

Créteil a une tradition d’accueil de longue date et la solidarité est déjà à l’œuvre pour soutenir ces habitants précaires qui doivent supporter des températures de plus en plus froides. Nous sommes en particulier inquiets pour la santé des enfants présents dans ce campement.

Nous demandons que les pouvoirs publics ouvrent un vrai dialogue avec ces cristoliens de passage. Il faut en urgence une aide humanitaire immédiate. Des solutions de logement doivent être trouvées en concertation avec les familles. Une scolarisation des enfants s’impose et un accompagnement social doit être mis en œuvre.

Toute évacuation par la contrainte ne serait qu’un échec de l’État dans sa politique d’accueil que lui impose les traités internationaux. La France insoumise de Créteil sera vigilante pour s’assurer que des solutions soient trouvées pour les habitants de ce bidonville.

Créteil, le 10 décembre 2020

ParFranceInsoumise94000

Des moyens pour l’école, c’est urgent !

La France insoumise de Créteil apporte tout son soutien aux personnels enseignants et aux parents d’élèves qui revendiquent plus de moyens humains dans les écoles, collèges et lycées du Val de Marne et qui se sont rassemblés mercredi devant les services de l’Education Nationale à Créteil. Depuis septembre, les conditions déjà d’ordinaire difficiles sont encore plus dégradées par la crise sanitaire. Les absences, accentuées par la Covid-19, ne sont que trop peu remplacées.

Les enseignants présents sont non seulement exposés au risque de contamination mais ils doivent aussi composer avec un protocole sanitaire très contraignant et les absences de leurs collègues non remplacés. Nous déplorons le manque constant d’écoute et de dialogue avec les services académiques ainsi que l’absence manifeste de moyens suffisants pour l’école, encore plus criante en période de crise sanitaire.

Alors que le ministre Blanquer entretient des liens douteux avec certaines associations lycéennes fantoches pour lesquels la France Insoumise demande une enquête indépendante, les enseignants et les élèves attendent les recrutements en nombre de professeurs, d’assistants d’éducation, d’auxiliaires de vie scolaire, d’assistantes sociales, de médecins, psychologues scolaires… pour que les élèves bénéficient d’un enseignement et d’un accompagnement digne, porteur de réussite scolaire et d’épanouissement personnel.

Créteil, le 7 décembre 2020

ParFranceInsoumise94000

Le vote de la honte de Monsieur le Député Jean-François Mbaye

Monsieur le Député Jean-François Mbaye, député de la deuxième circonscription du Val-de-Marne, a voté en faveur de la proposition de loi sécurité globale le 24 novembre 2020 lors de la première lecture du texte à l’Assemblée nationale. Pourtant, des députés de LREM ont eu le courage de s’opposer à cette proposition de loi liberticide, instaurant une surveillance de masse. Celles et ceux qui « à gauche » n’ont pas appelé à voter pour le candidat de la France insoumise au 2ème tour des législatives regrettent sans doute, en ces temps difficiles, d’avoir pris une telle responsabilité…

En votant ainsi, Monsieur le Député Jean-François Mbaye a ignoré le rappel à l’ordre de l’ONU, la dénonciation de centaines d’organisations ainsi que le rejet massif de cette loi dans le pays. La France rayonne désormais à l’international pour sa répression.

La Défenseure des droits a alerté : « Cette proposition de loi soulève des risques considérables d’atteinte à plusieurs droits fondamentaux … »

Amnesty France a dénoncé : « Cela va faire peser une menace sur toute personne, journaliste, observateur des droits humains, citoyens, qui souhaite filmer la police. »

La France risque de se retrouver cette année sur la liste des pays qui violent la liberté de la presse, lors de la prochaine session du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies, à Genève, début 2021.

Pourquoi ne pas entendre ces avertissements ? Quel aveuglement !

La première des sécurités, c’est la liberté. Filmer et diffuser des images de l’utilisation de la force lorsqu’elle n’est plus proportionnelle est un droit absolu. L’empêcher, porte gravement atteinte à la liberté d’informer, corollaire essentiel du droit à la liberté d’expression. Sans cela, de nombreux cas de violences policières et d’actes racistes n’auraient pu être révélés. Cette semaine l’a prouvé de manière choquante avec les violences exercées contre les migrants, Place de la République et contre le producteur de musique, Michel Zecler.

Par sa décision, Monsieur le Député Jean-François Mbaye contribue à nous rapprocher d’un régime autoritaire qui donne notamment à la police des moyens de surveillance et de répression sans encadrement ni garantie du respect des droits humains, autorise la vidéosurveillance par drone, permet aux policiers de garder leur arme, hors service, dans des établissements recevant du public …

Nous demandons à Monsieur le Député Jean-François Mbaye de revenir sur sa position dès maintenant et lors du vote définitif qui interviendra à l’issue de la navette parlementaire. Pour notre part, nous participerons dès aujourd’hui à la grande marche des libertés à Paris qui partira de Place de la République à 14 h. Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens à la rejoindre pour demander le retrait de la loi sécurité globale !

Créteil, le 28 novembre 2020

Source des images : https://lafranceinsoumise.fr/2020/11/24/securite-globale-interpellez-votre-depute-sur-son-vote/

ParFranceInsoumise94000

Palais des sports de Créteil, tribune A, tribune B, l’inégalité face au COVID-19

Des études ont montré que la pandémie de COVID-19 touchait d’abord les plus vulnérables d’entre nous, que cela soit pour des motifs de santé ou des raisons sociales.

Lors du match de handball opposant Créteil à Aix-en-Provence au Palais des sports de Créteil le vendredi 16 octobre 2020, la tribune A réservée à certain·e·s, était au trois quart vide avec environ90 personnes. La tribune B ouverte à toutes et tous, avec quasiment la même capacité, était quatre fois plus remplie … C’est une belle illustration de l’inégalité face au COVID-19.

Nous nous réjouissons que le handball à Créteil soit un succès populaire mais la participation aux évènements sportifs doit se faire dans les meilleures conditions sanitaires possibles pour toutes et tous. Or, manifestement, les spectatrices et spectateurs de la tribune B, quand bien même portant le masque et essayant de respecter les distances prescrites, auraient pu être moins exposé·e·s au COVID-19.

Il était possible de réduire la densité des participant·e·s avec une répartition égalitaire sur les deux tribunes. De plus, cette organisation permettrait de répartir les flux entrant et sortant en organisant des accès indépendants aux deux tribunes, limitant les risques de contamination lors des circulations.

Dans un avis du 31 mai 2020, le Haut Conseil de la santé publique préconise d’ailleurs d’«adapter les mesures de prévention aux caractéristiques architecturales des locaux intérieurs en tenant compte des notions de densité de population, de flux de personnes, d’espaces et de volume des locaux

Aussi, en ces temps où la solidarité devrait primer et les privilèges tomber, nous demandons que notamment lors du prochain match du handball du dimanche 25 octobre 2020, le public soit réparti sur les deux tribunes A et B, sans restriction d’accès autre que celles nécessaires à la protection de la santé des spectatrices et spectateurs.

Nous espérons que les élu·e·s de la ville de Créteil qui profitent de la tribune A soutiendront cette proposition de bon sens sanitaire et d’égalité face au COVID-19.

Créteil, le 19 octobre 2020

ParFranceInsoumise94000

Hommage à Samuel Paty : pour dire non au fanatisme et à la terreur

APPEL REPUBLICAIN – HOMMAGE A SAMUEL PATY DANS L’UNITE

Laurent CATHALA, maire de Créteil appelle à un rassemblement républicain pour rendre hommage à M. Samuel PATY, ce mercredi 21 octobre à 12 h sur la dalle de l’hôtel de ville, devant le Monument aux Libertés. Nous appelons à ce rassemblement pour rendre hommage à M. Samuel PATY, professeur d’histoire et de géographie, et afficher une unité sans faille face aux terroristes islamistes. Les moyens de renseignement et policier doit être mis en oeuvre pour mettre hors d’état de nuire les fanatiques religieux qui sont prêts à tuer pour leur idéologie de terreur. 

Cette action qui se doit d’être efficace ne sera menée que si aucun amalgame n’est fait avec l’ensemble des musulmans qui aspirent à vivre dans la paix et la fraternité au sein de notre pays. Ne cédons pas un mètre de terrain aux discours racistes qui tentent d’instrumentaliser la mort d’un homme. Cet assassinat terrible ne doit pas ébranler les fondamentaux de notre démocratie qui est toujours un combat inachevé. 

Le soutien doit être massif pour tou·te·s les enseignant·e·s qui au quotidien enseignent la liberté d’expression, l’esprit critique, l’histoire et la géographie dans des conditions matérielles parfois difficiles. Nous sommes et serons toujours à leur côté.

Sur l’importance de l’histoire, Marc BLOCH, grand historien médiéviste et résistant fusillé par les nazis, dans son livre Apologie pour l’Histoire écrit pendant la seconde guerre mondiale ces phrases éclairantes :  «  Même pour conduire les inévitables luttes, un peu plus d’intelligence des âmes serait nécessaire ; à plus forte raison pour les éviter, quand il en est temps encore. L’histoire, à condition de renoncer elle-même à ses faux airs d’archange, doit nous aider à guérir ce travers. Elle est une vaste expérience des variétés humaines, une longue rencontre des hommes. La vie, comme la science, a tout à gagner à ce que cette rencontre soit fraternelle. »  

Croyants ou non-croyants, la laïcité est le cadre dans lequel nous pouvons, au-delà de nos croyances, délibérer à égalité de notre avenir commun. La liberté d’expression, droit fondamental garanti par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen dès 1789, est le corollaire de cet espace démocratique que nous devons défendre.    

« Celui qui croyait au ciel, Celui qui n’y croyait pas / Tous deux adoraient la belle, Prisonnières des soldats … »

Ce poème de Louis ARAGON témoigne du rassemblement des citoyennes et des citoyens face à la barbarie, dans un des pires moments de l’histoire. Pour forger l’avenir, souvenons-nous-en.

Pour nos professeur·e·s, pour nos enfants, pour notre liberté, rassemblons-nous !

Créteil, le 20 octobre 2020

Communiqué des groupes d’action de La France insoumise Créteil

Après l’assassinat du professeur d’Histoire-Géographie à Conflans-Sainte-Honorine nous tenons tout d’abord à apporter tout notre soutien à sa famille et à ses proches. Nous pensons aussi à ceux qu’il côtoyait chaque jour, ses élèves et ses collègues. Et comment ne pas penser à tous ceux dont l’éducation laïque et républicaine est le métier. C’est cette école publique que visait le terroriste.

Ne laissons pas l’extrême droite diviser le peuple et salir tous les croyants qui n’ont rien à voir avec ces tueries. C’est ça que veulent les terroristes islamistes; casser l’unité de la nation.

Demain soyons tous dans la rue, citoyens, croyants au ciel ou n’y croyant pas, pour dire non au fanatisme religieux et à la terreur qu’ils veulent imposer dans notre pays.

Nous appelons toutes les cristoliennes, tous les cristoliens à participer au rassemblement qui aura lieu, demain dimanche, à partir de 15 heures, Place de la République.

Créteil le 17/10/20

ParFranceInsoumise94000

Jeudi 15 octobre 2020, manifestons contre le projet du 3ème four de l’incinérateur de Créteil !!!

COMMUNIQUE DU 9 OCTOBRE 2020 DE LA FRANCE INSOUMISE CRÉTEIL

Nous appelons à la manifestation du jeudi 15 octobre 2020 organisée par l’association ALIC contre le projet du 3ème four de l’incinérateur de Créteil (VALOMARNE) qui brûlerait 120 000 tonnes de déchets supplémentaires. RDV 18 h devant l’usine d’incinération !

Ce projet archaïque, polluant et anti-démocratique est soutenu par un front anti-écologique, qui rassemble les maires de LR au PS, au service des intérêts privés de la société SUEZ qui mène la danse.

Les services de la préfecture, qui devraient pourtant servir l’intérêt général, ont déjà préparé un projet d’autorisation. Ils foulent au pied les nombreux avis citoyens et associatifs qui ont montré les solutions alternatives possibles en matière de gestion des déchets. Notre maison brûle mais ils continuent comme avant, cela suffit !

Nous demandons au Préfet du Val-de-Marne de surseoir à sa décision et de recevoir une délégation des opposants à la suite de la manifestation du 15 octobre. Nous souhaitons attirer son attention sur les nombreux problèmes juridiques de cette autorisation qui pourraient nourrir un contentieux important.

Pour notre part, nous défendons :

– un abandon du projet du troisième four,

– une véritable démarche Zéro déchet en réduisant massivement les déchets à la source,

– toujours plus privilégier le tri à l’incinération,

– organiser le tri à la source des bio déchets,

– gestion publique de l’usine d’incinération et réduction progressive de sa capacité à hauteur des besoins de la population des villes adhérentes au SMITDUVM,

– le développement du réseau de géothermie pour alimenter le réseau de chaleur de Créteil.

Créteil et le Val-de-Marne ne sont pas la poubelle de l’Île-de-France !

ParFranceInsoumise94000

Le passage en force… non au troisième four !

Communiqué de La France Insoumise de Créteil

Nous venons d’apprendre que l’enquête publique concernant le projet de Valomarne (incinérateur de Créteil) est prévue du 29 juin au 1er août 2020. Ce projet prévoit en particulier la construction d’un troisième four à Créteil qui brûlera 120 000 T de déchets supplémentaires.

Après une concertation biaisée l’année dernière menée par SUEZ, c’est une nouvelle preuve de la volonté de passer en force avec ce projet polluant et dangereux pour la santé des habitants. En effet, le moment choisi ne permettra pas une large participation des citoyennes et des citoyens alors que la péri ode d’urgence sanitaire n’est pas terminé et que les vacances estivales débutent. C’est une véritable entorse à l’article 7 de la Charte de l’environnement de valeur constitutionnelle : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites défini es par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »

Nous alertons depuis plusieurs mois sur l’existence de ce projet qui est très éloigné de l’intérêt général et d’une véritable politique écologique en matière de gestion des déchets.

Il faut souligner que l’énergie produite par le troisième four sera livrée uniquement au réseau de la Compagnie Parisien ne de Chauffage Urbaine (CPCU) et non au Réseau de Chauffage Urbain de Créteil. En revanche, c’est 100 % des habitant·e·s de Créteil qui subiront les milliers de camions supplémentaires et la pollution atmosphérique ! À quand une étude d’impact sur la santé des habitant·e·s à proximité de l’usine d’incinération.

S’agissant des déchets enfouis dans la région Île-de-France que nous devrions prendre en charge, ils proviennent quasi intégralement de l’activité économique des entreprises. Il faut souligner que la capacité actuelle de l’incinérateur de Créteil couvre largement les besoins la population des villes adhérentes dont Créteil au Syndicat Mixte Intercommunal de Traitement des Déchets Urbains du Val de Marne (SMITDUVM). Dès lors, est-ce à la population de supporter le traitement des déchets économiques ? Créteil et le Val-de-Marne ne sont pas les poubelles de la région Île-de-France, Madame Pécresse, sa présidente, soutenant d’ailleurs ce projet.

Nous demandons à Monsieur Laurent CATHALA, maire de Créteil et candidat pour sa réélection, qu’il intervienne auprès du Préfet pour exiger un report de cette enquête publique. Nous soutenons la demande de l’association ALIC faite au Préfet. Nous appelons également toutes les citoyennes et les citoyens concerné-es à s’informer et à se mobiliser contre ce projet archaïque.

La France Insoumise de Créteil demande :

– un abandon du projet du troisième four,

– une véritable démarche Zéro déchet en réduisant massivement les déchets à la source,

– privilégier le tri à l’incinération,

– tri à la source des bio déchets,

– gestion publique de l’usine d’incinération et réduction progressive de sa capacité à hauteur des besoins de la population des villes adhérentes au SMITDUVM,

– le développement du réseau de géothermie pour alimenter le réseau de chaleur de Créteil.

Retrouvez toutes nos propositions dans le livret « Déchets : nous n’en jetterons plus ! » sur le site de l’Avenir en Commun.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/creteili/public_html/wp-includes/functions.php on line 4755