Archives de catégorie Nos actions

ParFranceInsoumise94000

Pour une gestion citoyenne, écologique et solidaire de l’eau à Créteil…

L’établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir (GPSEA) a désigné un cabinet d’étude pour réaliser un audit à Créteil de fin de contrat de la Délégation de Service Public (DSP) de la distribution de l’eau potable conclue avec la multinationale SUEZ. Ce contrat d’une durée de 15 ans se terminera en décembre 2021. Pourtant, la procédure de renouvellement est réalisée sans aucune information des cristolien·ne·s.

Nous avons déjà constaté des excédents importants sur les comptes de SUEZ pour sa gestion à Créteil, qui se chiffrent à 575 970 euros en 2018 et à 531 980 d’euros en 2017. En 2019, il y a eu une augmentation de 22 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 705 580 euros ! Malheureusement, ces excédents ne permettent pas de financer des investissements pour une meilleure qualité de l’eau ou du réseau mais chaque année, ils s’évaporent dans les comptes des actionnaires de SUEZ !

Il n’est même pas envisagé la possibilité de passer en régie publique à Créteil, mode de gestion solidaire et écologique qui a fait ses preuves dans de nombreuses villes telles Grenoble, Nice, Bordeaux, Rennes, Cherbourg, Briançon, Paris. D’autres villes importantes se préparent à passer en régie publique pour permettre une baisse significative des tarifs de l’eau pour les usagères et les usagers (Lyon, Bordeaux, Dijon …).

L’eau est en danger : pollutions, fuites, accaparement par des multinationales (Veolia, Suez, mais aussi Nestlé, Danone…), surconsommation par des industries prédatrices et l’agriculture productiviste, artificialisation … L’accès à l’eau et à l’assainissement est précaire ou impossible pour des millions de personnes : les habitant·e·s ultra-marins pour qui les coupures sont quotidiennes, les sans-abris, les réfugiés, les familles précaires. C’est pourquoi, nous voulons inscrire dans la Constitution le droit fondamental à l’eau et à un assainissement de qualité.

Il est indispensable que le scénario d’un passage en régie publique à Créteil soit sérieusement étudié par Créteil et le territoire du GPSEA. Une expertise spécifique doit être menée sur le passage en régie publique de l’eau pour que toutes les options soient sur la table. En tout état de cause, le dernier mot doit revenir aux habitantes et habitants de Créteil.

Nous demandons à Monsieur Laurent CATHALA, maire de Créteil et président du GPSEA, d’organiser un véritable débat citoyen sur le mode de gestion de la distribution de l’eau potable dans notre ville, en donnant toutes les informations nécessaires aux citoyen·ne·s leur permettant de décider.

ParFranceInsoumise94000

Des moyens pour l’éducation, c’est urgent !

DES MOYENS POUR L’ÉDUCATION, C’EST URGENT !

Les groupes d’action de la France insoumise de Créteil apportent leur soutien aux personnels de l’Éducation nationale et aux parents mobilisés depuis des mois pour obtenir des moyens pour l’école.

Un an après le premier confinement pendant lequel les établissements scolaires ont été fermés, le nombre d’enseignants et d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) est toujours insuffisant et les conditions d’apprentissage des élèves ne cessent de se dégrader.

Le 23 janvier 2021, parents et enseignants ont défilé à Créteil Soleil en chantant « on veut du fric pour l’école publique ! ». Ils dénonçaient notamment le manque de remplaçants dans les classes en primaire : il y en a seulement 160 dans le département alors que 400 sont nécessaires.

Le 19 mars, c’était au tour des enseignants des collèges et des lycées de manifester devant le rectorat de Créteil après l’annonce des dotations horaires globales (DHG) dans les établissements du département. 1000 élèves supplémentaires sont attendus dans les collèges dans le département, mais le rectorat supprime 66 équivalents temps-pleins. Et ce sont seulement trois postes qui seront ouverts pour 3000 élèves supplémentaires.

Concrètement, au collège Simone de Beauvoir de Créteil, il y aura l’année prochaine 58h d’enseignement en moins et donc deux classes fermeront, une 4e et une 3e, alors que l’ouverture d’une classe de 6e était demandée face à l’augmentation du nombre d’élèves. Des classes surchargées, c’est moins de temps et d’attention pour chaque élève et donc des conditions d’apprentissages qui se détériorent… alors que la Covid perturbe au quotidien le bon déroulement des cours depuis un an.

Les manifestations, rassemblements et journées de grève se multiplient mais le rectorat continue à gérer la pénurie de personnels. Le Gouvernement a supprimé 1800 postes dans les collèges et lycées à la rentrée 2021. Dans les écoles, il y a cette année 900 places en moins au concours de professeur des écoles, dont 100 de moins dans l’académie de Créteil qui compte pourtant le plus d’établissements en zone prioritaire avec Versailles.

En pleine pandémie et alors que nous avons plus que jamais besoin d’enseignants, les macronistes choisissent de sacrifier l’avenir de nos enfants. Il faut mettre un terme à cette politique.

Créteil, le 25 mars 2021

ParFranceInsoumise94000

Votation citoyenne à Créteil pour défendre l’eau contre les multinationales ( 22 mars – 13 avril)

Du 22 mars au 13 avril, votation citoyenne à Créteil pour défendre l’eau contre les multinationales.

Nos organisations soutiennent la votation citoyenne « L’eau est à nous ! Pas aux multinationales  » qui se déroulera du 22 mars, journée internationale de l’eau, jusqu’au 13 avril.

Il sera  possible de voter en ligne pour inscrire dans la Constitution le droit fondamental à l’eau et soutenir la régie publique de l’eau contre les multinationales : https://eau.vote/

Nous organiserons aussi ensemble la votation citoyenne sur les places de Créteil les samedis et dimanches 27/28 mars, 3/4 et 10/11 avril à partir de 10 h.

Le contrat en délégation de service public de la gestion de l’eau à Créteil arrive à son terme à la fin de l’année 2021. Les rapports présentés aux élu·e·s du territoire GPSEA (Grand Paris Sud Est Avenir), qui a la compétence eau depuis 2016, écarte la régie publique de l’eau sans arguments sérieux. Nous voulons une véritable étude indépendante pour faire le bilan de la DSP eau à Créteil qui dure depuis des dizaines d’années avec SUEZ. Un débat démocratique doit s’ouvrir car le choix appartient aux habitant·e·s de Créteil. 

Seuls éléments présentés aux élus du GPSEA pour voter le renouvellement
des DSP avec SUEZ dans plusieurs communes du territoire…
un peu court, non ?

Votons ! L’eau est à nous ! Pour la mise en place d’une régie publique de l’eau à Créteil !

Pour en savoir plus : 

https://avenirencommun.fr/livrets-thematiques/le-livret-eau/

https://eau-iledefrance.fr/

ParFranceInsoumise94000

Un coup de poignard dans le coeur de Mondor !

Laurent Cathala, maire et président du conseil hospitalier de territoire GHU HENRI MONDOR a signé un communiqué en ce début d’année avec notamment Martin Hirsch, Directeur général de l’AP-HP, validant une décision lourde de conséquence sanitaire pour les habitant·e·s du Val-de-Marne.

En effet, par un courrier en date du 4 janvier 2021 adressé à l’agence de Biomédecine, Martin Hirsch acte la délocalisation de la transplantation cardiaque de l’hôpital Henri-Mondor au sein de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, hôpital en manque d’activité cardiaque.

Dans ce bâtiment parisien, vitrine de l’AP-HP, 4 salles sont dédiées à la chirurgie cardiaque mais à ce jour, seul deux d’entre elles sont en activités.

Alors oui, sur Mondor la greffe était en perte de vitesse sur ces deux dernières années. La raison était donc toute trouvée pour piller Mondor ? C’est en fait une stratégie dûment planifiée car les greffes sont systématiquement retiré de Mondor depuis une dizaine d’année : greffes de visages transférées sur l’Hopital Européen Georges Pompidou (HEGP), transplantation hépatique sur l’hôpital Paul Brousse en 2018.

Au-delà des disciplines d’excellence ce sont aussi les cerveaux qui partent. Cette décision a des conséquences majeures sur la recherche, sur l’enseignement et sur l’offre de soins. Il est très loin le temps où Laurent Cathala défendait l’hôpital public et le combat pour sauver la chirurgie cardiaque mené en 2011.

Déjà, lors de la bataille pour sauver la transplantation hépatique Laurent Cathala se démarquait en remettant la médaille d’honneur à l’ancienne directrice de l’hôpital Mondor pour la remercier de son sabotage. Les hospitaliers de Mondor n’ont pas oublié.

C’est ainsi que de reniement en renoncement à défendre l’hôpital public, les élus PS du conseil départemental ont refusé de voter le vœu présenté par Christian Favier lors de la séance plénière du conseil départemental: « Pour le maintien et le développement du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Henri-Mondor et la défense du service public hospitalier ». Face à l’unanimité pour ce vœu de tous les bords politiques, les conseillers départementaux PS de Créteil ont pleinement assumé ce choix d’abandonner l’excellence et l’autonomie de l’hôpital Mondor…

Incompréhensible pour les personnels hospitaliers de lire que des soignants tout nouvellement élus comme adjoints a la mairie et pour certains, toujours actif à l’hôpital, puissent valider ce pillage et ainsi accélérer la casse d’Henri-Mondor.

Cette logique néolibérale d’abandon des services publics nous la combattons et la dénonçons depuis longtemps. Il est urgent de soutenir la coordination de vigilance ainsi que les personnels pour qu’ils soient reçus par l’ARS et le ministre de la santé.

Défendons notre hôpital public!

CRETEIL, le 2 mars 2021

ParFranceInsoumise94000

Libérons la culture et le sport à Créteil et partout ! C’est essentiel !

La culture et le sport sont au cœur de notre projet politique car elle participe à l’épanouissement individuel et collectif de chacune et chacun. Leur développement participe pleinement à l’identité populaire de notre ville.

Or, depuis la pandémie de la COVID 19, ce sont les grands oubliés et sacrifiés. C’est une perte cruelle pour toutes et tous.

Piscines, gymnases, conservatoire, cinémas du Palais et de la Lucarne, MJC, MAC, matchs de football , de handball et de tout autres sports sont désormais fermés au public ou avec un accès très restreint depuis plusieurs mois sans aucune perspective de réouverture. Pour la plupart, ces lieux ont été pourtant exemplaires dans le respect des protocoles sanitaires et aucun d’entre eux n’a été foyer de contamination. Nous nous félicitons néanmoins que la médiathèque reste ouverte à Créteil.

Il est temps pour nous de sortir de cette impasse. Il faut apprendre à vivre avec une pandémie qui ne sera probablement pas la dernière. Nous défendons l’idée d’une société de rotation.

Aussi, nous proposons notamment au niveau national la réouverture de tous les théâtres immédiatement pour permettre aux compagnies de répéter, puis de jouer devant du public. La réouverture des cinémas et salles de spectacle pour accueillir le public en respectant strictement le protocole sanitaire. Du matériel de tests CO2 permettra d’adapter les mesures d’aération nécessaires. La réouverture des lieux de pratique artistique en amateur en respectant un protocole sanitaire strict : port du masque à l’intérieur des salles, distanciation physique d’au moins deux mètres entre pratiquants, aération des salles suffisante en généralisant l’utilisation des appareils de mesure de CO2 et en installant des purificateurs d’air dotés de filtres à très haute efficacité (THE) si nécessaire. Les horaires d’ouverture pourront être étendus pour permettre un roulement des groupes et réduire les flux.

Pour le sport, nous proposons la réouverture des lieux de pratique sportive en amateur en respectant également un protocole sanitaire strict. Les activités devront être organisées au maximum en extérieur. Pour les sports de contact (de combat ou type handball), il faudra proscrire les contacts physiques en proposant des exercices adaptés. La réouverture des compétitions sportives au public doit être envisagée en respectant là encore un protocole sanitaire sérieux : port du masque, distanciation physique, aération des salles avec mesure du CO2 et adaptation de la jauge par salle en fonction de ces critères. Évidemment, pour les matchs de handball, il faut ouvrir les tribunes A et B à toutes et tous pour permettre de respecter la distanciation physique.

Plus généralement, nous demandons la planification d’une véritable réponse à la crise dans la politique culturelle et sportive avec des mesures d’urgence :

  • Prendre en charge à 100% le chômage partiel.
  • Compenser les pertes de chiffre d’affaires plutôt que des prêts garantis par l’État.
  • Garantir le versement des subventions en 2021, en concertation avec les collectivités territoriales.
  • Rééquilibrer les dispositifs d’aides dans les industries culturelles en instaurant un barème équitable afin de permettre aux structures indépendantes (dans l’édition et le cinéma notamment) de survivre à la crise et empêcher les mastodontes d’avoir une position encore plus dominante.
  • Prolonger l’année blanche des intermittents au-delà du 31 août 2021, au moins jusqu’à un an après la fin des restrictions sanitaires. De même, les droits à la retraite, à la formation, etc. doivent être maintenus quand bien même la situation sanitaire entraîne une baisse des cotisations.
  • Réalimenter les fonds de soutien aux artistes-auteurs.
  • Réalimenter les fonds de soutien aux clubs sportifs amateurs.
  • Création d’une caisse nationale de la dette des associations sportives et artistiques de pratique en amateur.

S’agissant du centre commercial de Créteil Soleil, la nouvelle fermeture pose la question de la pérennité de son modèle et de la préservation des emplois. Nous avions proposé lors des municipales de réfléchir à l’avenir et à la reconversion de ces 136 000 m2 de surfaces commerciales en plein cœur de ville. Dans le contexte d’une pandémie mondiale, il apparaît inconcevable d’imaginer que nous allons continuer à importer des marchandises du monde entier en dépit des normes sociales et environnementales. Sans parler des effets désastreux du développement du centre commercial pour nos commerces de quartiers et de proximité et le développement d’un emploi très précaire sans droits syndicaux. Il faut imaginer d’autres activités pour reconvertir ces espaces commerciaux voués à disparaître : pourquoi ne pas justement les imaginer dans le domaine de la culture et du sport ?

Retrouvez toutes nos propositions dans la brochure : « https://lafranceinsoumise.fr/2020/11/24/preparer-des-alternatives-au-confinement-propositions-france-insoumise/»

ParFranceInsoumise94000

Solidarité avec les petits commerçants !

DES SOLUTIONS, MAINTENANT !

SOLIDARITÉ AVEC LES PETITS COMMERÇANTS !

Il est indispensable de soutenir les petits commerces et les artisans. Ils sont les garants d’une vie de quartier dynamique et de services de proximités adaptés aux besoins de tous les habitant·e·s.

NOUS AVONS BESOIN D’EUX,

SOYONS A LEUR CÔTÉ !

Des grands groupes ont vu la crise du Covid comme une aubaine. C’est le cas de l’ensemble des services qui proposent de l’achat et de la distribution en ligne, comme Amazon. Ces groupes se sont considérablement enrichis tout en ne payant que très peu d’impôts sur le sol français et ainsi en ne contribuant pas à l’effort national de réponse à la crise.

Il est nécessaire que l’État prélève l’impôt dû par ces groupes qui contournent la loi. Il est nécessaire, en plus de cet impôt ordinaire, qu’une taxation exceptionnelle de contribution à la crise soit versée par ces profiteurs de crise et fléchée vers le soutien aux artisans, aux petits commerces, aux autoentrepreneurs et aux petites entreprises.

La France Insoumise propose la mise en place d’une caisse nationale de la dette des commerçants. Elle est essentielle pour éviter la banqueroute de l’ensemble de ces TPE-PME. Par ce mécanisme, il faudra faire prendre en charge par l’État les dettes privées insolvables. Nous pourrons ensuite négocier leur transformation par la banque centrale européenne en dettes perpétuelles à taux d’intérêt nul.

ParFranceInsoumise94000

Scandale, ils veulent enlever la greffe cardiaque de Mondor !

Scandale, ils veulent enlever la greffe cardiaque de Mondor !

L’Hôpital Henri Mondor est de nouveau attaqué… Déjà en 2011, l’ARS (Agence Régionale de Santé) voulait fermer la chirurgie cardiaque de l’hôpital Henri Mondor. C’était sans compter sur la mobilisation des usagers, des élus politiques, des personnels soignants. Une pétition du comité de vigilance de l’hôpital a obtenue plus de 100 000 signatures et le projet avait été abandonné.

Revanchard, l’ARS et Martin Hirsch, Directeur Général de l’APHP, valide aujourd’hui la délocalisation de la greffe cardiaque sur l’hôpital de la Pitié Salpêtrière par la création d’un bi-site. Ils confirment : tout pour Paris, rien pour les banlieues !!!!

Les conséquences pour notre hôpital Henri Mondor sont plus que catastrophiques. Cette décision fragilise sérieusement la complémentarité Soins-Recherche-Enseignement qui constitue la force de cet hôpital.

En 2018, la FI soutenait le combat auprès des personnels soignants et usagers afin de sauver la greffe hépatique. Nous avions malheureusement perdu et pressentions les conséquences en cascade qui adviendraient. La volonté de délocaliser la greffe cardiaque en est clairement une.

A la veille de l’ouverture du bâtiment RBI, dans un contexte de pandémie internationale, la stratégie qui consiste à affaiblir et à fragiliser l’offre de soins de notre département est irrationnelle, et vient percuter frontalement le plan Régional de Santé en Île-de-France.

Afin de stopper ce scénario mortifère, la FI demande au ministre de la santé l’arrêt de cette délocalisation, demande un rendez-vous avec le directeur de l’ARS et appelle les élus du département et les usagers à soutenir et rejoindre les personnels soignants et leurs organisations syndicales dans ce combat contre l’injustice sanitaire et la politique de terre brûlée du gouvernement.

Tous ensemble sauvons l’hôpital !

Créteil, le 15 janvier 2021


Co-distribution Sud, PC et FI sur le marché de Créteil (17-01-2021)

A la veille d’échéances électorales départementales et régionales importantes, il est primordial que tous ensemble (élus, acteurs des mouvements sociaux, militants des partis politiques et usagers) nous nous mobilisions pour défendre l’hôpital public et empêcher la fermeture de la transplantation cardiaque à Henri Mondor.

Communiqué de la Coordination de Vigilance du GHU Henri Mondor / Albert Chenevier / Émile Roux

Le département inquiet interpelle le ministre

A lire aussi, l’article de 94Citoyens : « Suppression de la greffe cardiaque à l’hôpital Mondor de Créteil ».

ParFranceInsoumise94000

Devoir d’humanité : il faut trouver des solutions d’hébergement et de scolarisation pour le bidonville de l’Échat

Depuis plusieurs semaines, des habitations de fortune se sont installées en bordure de la RD19, à l’angle de la rue Viet et de l’embranchement de l’A86, dans le quartier de l’Échat. Elles abritent environ 20 adultes et 20 enfants dans des conditions difficiles.

Créteil a une tradition d’accueil de longue date et la solidarité est déjà à l’œuvre pour soutenir ces habitants précaires qui doivent supporter des températures de plus en plus froides. Nous sommes en particulier inquiets pour la santé des enfants présents dans ce campement.

Nous demandons que les pouvoirs publics ouvrent un vrai dialogue avec ces cristoliens de passage. Il faut en urgence une aide humanitaire immédiate. Des solutions de logement doivent être trouvées en concertation avec les familles. Une scolarisation des enfants s’impose et un accompagnement social doit être mis en œuvre.

Toute évacuation par la contrainte ne serait qu’un échec de l’État dans sa politique d’accueil que lui impose les traités internationaux. La France insoumise de Créteil sera vigilante pour s’assurer que des solutions soient trouvées pour les habitants de ce bidonville.

Créteil, le 10 décembre 2020

ParFranceInsoumise94000

Sauvons l’hôpital pour sauver notre santé ! Rejoignons le rassemblement à l’hôpital Mondor vendredi 4 décembre à 8h…

Vendredi 4 décembre 2020, soyons nombreuses et nombreux devant l’hôpital Henri Mondor aux côtés de la coordination de vigilance du GHU Mondor et des personnels.

Pour soutenir la coordination et les personnels, vous pouvez également signer la pétition « Notre santé vaut plus que leur fric ! »

ParFranceInsoumise94000

Après la rentrée de la Toussaint, les élèves, leurs familles et tous les personnels des écoles demandent un protocole sanitaire protecteur et clair…

C’est dans un émoi indescriptible qu’a eu lieu la reprise des vacances de la Toussaint pour les enseignants, et les autres personnels de l’Éducation Nationale à Créteil comme partout en France. De la maternelle au lycée ils ont été mobilisés par un mouvement très suivi de révolte contre les conditions de rentrée.

Mobilisés d’abord par l’impréparation et le retour en arrière du ministre sur les 2h banalisées le lundi matin pour pouvoir préparer dignement l’hommage à Samuel Paty, hommage qui consistait en une minute de silence et la lecture de la lettre de Jaurès (tronquée d’un passage qui dérangeait M. Blanquer, ce qui était déjà inacceptable).

Mobilisés ensuite par le soi-disant protocole sanitaire renforcé: alors que de manière totalement absurde les librairies entre autres ont été déclarées lieux de possible diffusion du virus et fermées, on a voulu nous faire croire qu’il n’y avait aucun risque de contamination dans des couloirs et des cantines bondés et des cours à 35 élèves (bon nombre de photos illustrant ce scandale ont été diffusées sur les réseaux sociaux afin d’éveiller une prise de conscience du grand public, avant d’être tardivement relayées par les grands médias) et ce au détriment de la santé des élèves, de leurs familles, des 800000 enseignants, et de tous les personnels de l’éducation. Santé qui a pourtant été mise sérieusement en danger dans ce qui n’allait pas manquer de devenir de gigantesques foyers de contamination.

Ulcérés par ces deux états de faits, dès le dimanche veille de rentrée et en visioconférence pour beaucoup d’enseignants, puis en AG très suivies dès le lundi à 8h une grande partie des établissements est entrée en grève reconductible très suivie et parfois en droit de retrait (soutenue par les parents d’élèves et parfois implicitement par les chefs d’établissement) avec la demande d’embauche de plus de personnels de service pour assurer les conditions d’hygiène (à commencer par le remplacement des agents malades ou cas contacts, très nombreux) et l’instauration de demi groupes pour limiter la quantité d’élèves présents dans les écoles, collèges, lycées.

Des courriers formulant ces exigences sont partis à destination du Recteur, pour exiger que dans les établissements scolaires soient mis en place les protocoles et mesures sanitaires imposés partout ailleurs, exception faite des transports, on voit bien là que le but était que les gens qui ne peuvent pas télétravailler puissent se rendre au travail et que leurs enfants soient gardés quel-qu’en fût le coût pour la santé de nos concitoyens !

A condition qu’une partie de l’enseignement soit effectuée en distanciel le Ministre a accepté au bout de 4 jours de fronde la mise en place de demi groupes, mais uniquement en lycée (ce qu’il avait pourtant annoncé en mai, pour ensuite nier le risque de seconde vague, et nier le fait que la transmission du virus est très corrélée à la fréquentation des établissements scolaires).

C’est un premier pas, mais c’est totalement insuffisant !

Les écoles et les collèges doivent pouvoir aussi bénéficier de ces mesures qui sont un minimum pour éviter la catastrophe.

En conséquence une grève sanitaire mardi 10/11 et un regroupement devant le ministère ainsi que devant la DASEN le matin ont été très suivis par les enseignants, les AESH, les agents territoriaux (40% de grévistes dans les écoles et collèges selon les syndicats, moins dans les lycées). Avant cela une assemblée départementale en visioconférence avait totalisé 156 participants, avec les mêmes mots d’ordre que lors des débrayages de la semaine de reprise.

LA FI de Créteil soutient le mouvement, plus que légitime, de protestation du corps enseignant et de tous les personnels de l’ Éducation Nationale et des territoriaux. Nous demandons un protocole sanitaire protecteur pour les élèves, leurs familles et tous les personnels qui travaillent dans les écoles, avec un cadre national clair pour assurer l’égalité des élèves.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/creteili/public_html/wp-includes/functions.php on line 4755