Partagez

Pour lutter contre la hausse des loyers et la hausse des charges liée à l’explosion des prix de l’énergie, il est urgent de mettre en place à Créteil l’encadrement des loyers désormais prévu par la loi ELAN du 23 novembre 2019.

C’était une proposition phare du programme de la liste citoyenne « Créteil, l’Avenir en commun » soutenue par la France insoumise lors des municipales de l’année 2020 que vous pouvez retrouver sur « creteil-insoumise.fr ».

Le constat que nous avions fait était clair et reste d’actualité, la spéculation immobilière menace l’identité populaire de notre ville en chassant les plus modestes d’entre nous. Voyez notre article « Créteil, une ville à vendre ? « sur (creteil-insoumise.fr).

Dans ce contexte, la mairie de Créteil et le territoire Grand Paris Sud Est Avenir (GPSEA) de la Métropole du Grand Paris (MGP) ont seulement déposé en fin d’année dernière un dossier à la Préfecture. Mais manifestement, faute de volonté politique, la candidature n’a jamais été retenue.Que de temps perdu pour protéger le pouvoir d’achat des locataires de Créteil !

Pourtant, l’Observatoire des Loyers en Agglomération Parisienne (OLAP) a bien montré les effets positifs de cette mesure mise en place de 2015 à 2017 à Paris dans le cadre de la loi ALUR de 2014 qui mettait en place une première version de l’encadrement des loyers : Janvier 2020 – Bilan non encadrement à Paris en 2018. Voir sur(observatoire-des-loyers.fr). La Fondation Abbé Pierre, dans le cadre de son 3ème baromètre de l’observatoire de l’encadrement des loyers publié le 4 octobre 2023, appelle à l’extension du dispositif : Encadrement des loyers : la Fondation publie son 3e baromètre | Fondation Abbé Pierre (fondation-abbe-pierre.fr).

A Paris, où l’encadrement des loyers a été remis en place depuis 2019, plus de 100 000 euros ont été restitués cette année aux locataires suite aux constats réalisés par la mairie concernant des loyers abusifs ne respectant pas les plafonds.

La mise en place de l’encadrement des loyers dans le cadre de la loi ELAN serait un outil important pour lutter contre la spéculation immobilière à Créteil.

De notre côté, pour renforcer le dispositif, nous sommes pour un encadrement des loyers à la baisse. Nous proposons de le faire autour du loyer médian dans les zones normales et en imposant une décote de 20 % à celui-ci dans les zones très tendues. Cet encadrement devra être contrôlé par la puissance publique avant la mise en location. Il faut également plafonner les loyers dans le secteur HLM pour ne pas dépasser 20 % du revenu des ménages.

Nous sommes aussi avec les associations de locataires qui manifestaient contre le logement cher et les expulsions de manière unitaire le 13 juin à Créteil avec cette belle revendication : un logement pour tous.tes ! Voir « Un logement pour tou·tes : contre le logement cher « sur (creteil-insoumise.fr). En 2023, la production de logements sociaux sera plus faible que l’année dernière alors qu’on a seulement construit 90 000 logements sociaux en 2022. Il en faudrait pourtant 200 000 par an pour répondre aux besoins de la population ! 2,4 millions de français sont aujourd’hui en attente d’un tel logement.

Pour les étudiantEs notamment de l’UPEC, Créteil est classée parmi les 3 villes (avec Paris et Nanterre) les plus coûteuses de France pour les étudiants dans le classement de l’Unef publié en août 2023. Poste de dépense principal, le loyer enregistre une hausse de 32 euros entre 2022 et 2023, soit + 4,56 % dans la préfecture du Val-de-Marne. Il représente désormais en moyenne 734 euros par mois ! C’est dans ce contexte qu’une société lance une résidence étudiante XXL avec des loyers prohibitifs. Pour lutter contre cette spéculation immobilière, il faudrait construire au niveau national a minima 15 000 logements sociaux étudiants par an pour répondre à la pénurie d’offres accessibles et assurer la rénovation et la remise aux normes de sécurité, environnementales et d’accessibilité des logements existants. Vous pouvez retrouver toutes nos propositions pour les étudiantEs ici : Solidarité avec les étudiantEs de l’UPEC ! – Créteil Insoumise (creteil-insoumise.fr).

Nous sommes également attentifs aux difficultés du quotidien des locataires de Créteil : nombreux problèmes de pannes d’ascenseurs, réduction des effectifs de gardien, dégradation des parties communes, punaises de lit … Il nous apparaît indispensable de prévoir un renforcement des moyens pour accompagner les locataires, en commençant par nos anciens en leur permettant d’avoir un accompagnement humain de proximité et si nécessaire une aide pour assurer les petits travaux dans leur logement.

Enfin, à noter que les cristolien.ne.s propriétaires de leur résidence principale sont aussi touché.e.s par l’augmentation des charges.

Aussi, luttons toutes et tous ensemble contre le logement cher ! Nous proposons de signer et de faire signer la pétition : Non au logement cher, encadrons les loyers et bloquons les prix de l’énergie.

Créteil, le 6 octobre 2023

Retrouvez toutes nos propositions sur la question du logement :

Logement – Livret thématique – Mélenchon 2022 (melenchon2022.fr)

Les propositions de la NUPES pour garantir le droit au logement : Le programme – La NUPES (nupes-2022.fr)

  • Interdire les expulsions locatives sans proposition de relogement public,
  • Mettre en place une garantie universelle des loyers créant un filet de sécurité contre les impayés de loyers pour les locataires, comme pour les propriétaires,
  • Encadrer les loyers partout sur le territoire et à la baisse dans les grandes villes, adopter un bouclier logement qui limite la part des revenus consacrée à se loger,
  • Construire 200 000 logements publics par an pendant cinq ans aux normes écologiques les plus ambitieuses,
  • Rehausser le seuil minimal de logements sociaux par commune (loi SRU) à 30 %, augmenter les sanctions contre les communes hors la loi et ordonner aux préfets de se substituer systématiquement aux maires défaillants,
  • Imposer les hautes transactions immobilières spéculatives par une taxe progressive pour financer la lutte contre le logement indigne,
  • Rendre la rénovation des logements « passoires thermiques » obligatoire avant toute mise en location,
  • Lutter contre l’habitat indigne et insalubre : rendre obligatoire un « permis de louer » dans toute la France (autorisation préalable délivrée par les pouvoirs publics), lancer un grand plan de rénovation des logements, utiliser le droit de préemption et garantir un relogement décent et rapide des personnes mal logées,
  • Rétablir les aides publiques pour les HLM, éviter les hausses de loyers à la relocation et garantir le relogement à loyer constant dans le cadre des réhabilitations ou reconstructions,
  • Utiliser le droit de réquisition et les surtaxes pour lutter contre les logements vacants, et les remettre en location,
  • Imposer dans les constructions neuves que 100 % des logements soient accessibles, comme le prévoyait la loi handicap de 2005,
  • Lutter contre la spéculation sur le logement en limitant les locations de courte durée (de type AirBnB) aux propriétaires-occupants et pendant une période limitée,
  • Lancer un plan d’urgence de prévention et d’éradication des punaises de lits, avec la création de services publics locaux dédiés,
  • Réviser les Plans de prévention des risques d’inondations à la hauteur des nouvelles menaces et créer un Fonds d’aide à la relocalisation des constructions menacées par les inondations et la montée des mers,
  • Revaloriser les aides personnelles au logement (APL) au regard de l’inflation, revenir sur les réformes du quinquennat Macron et notamment la coupe de 5 euros et renforcer les moyens dédiés à l’accompagnement pour lutter contre le non-recours.