Archive annuelle 19 septembre 2021

ParFranceInsoumise94000

Une Zone à « Faible émission » (ZFE) à Créteil et des milliers de camions supplémentaires pour l’incinérateur, est-ce vraiment écologique ?

Repoussé de six mois pour cause de Covid-19, le durcissement du dispositif de la ZFE du Grand Paris (5,61 millions d’habitants) doit exclure 11 % du parc automobile de la zone comprise dans le périmètre de l’A86. Plus de 200 000 voitures particulières, mais aussi 27 000 utilitaires légers et plus de 6 000 poids lourds seront interdite dans la zone. Ce n’est qu’une première étape qui vise les véhicules Crit’Air 5 et 4, avant l’extension à la catégorie Crit’Air 3 en juillet 2022.

A Créteil, une ZFE sera mise en place par arrêté municipal à compter du 1er janvier 2022 sur l’ensemble des voies situées à l’intérieur du périmètre de l’A 86. L’objectif est parfaitement louable puisqu’il vise à limiter la pollution de l’air responsable de milliers de morts chaque année.

Cependant, les dispositifs d’aides sont insuffisants car beaucoup de gens n’ont pas les moyens de changer de véhicule. Le développement des transports publics que nous souhaitons gratuit à terme, n’est pas au niveau des besoins. La mise en concurrence et la privatisation de la RATP est d’ailleurs un obstacle majeur au développement des infrastructures en Île-de-France. Il faut aussi dénoncer les critères d’attribution qui laissent les plus riches rouler en 4×4 ou en voiture sportive de luxe librement dans la ZFE ! L’écologie anti-sociale est finalement une arme anti-écologique.

Par ailleurs, il se trouve que la ZFE de Créteil comprend l’incinérateur SUEZ de déchets en cours d’extension avec la construction d’un 3ème four. A terme, ce sera plus de 350 000 T de déchets qui seront transportés par des milliers de camions qui devront passer dans la ZFE. En principe, les camions y sont interdits mais l’arrêté pourra prévoir des dérogations pour les camions de SUEZ !

Ainsi, la magie du capitalisme vert est parfaitement mise en œuvre : aucune limitation pour les profits des multinationales et les efforts toujours supportés par les classes populaires. Ce n’est plus possible !

Nous proposons un tout autre chemin avec notre projet de l’Avenir en commun pour la Présidentielle de 2022. Nous défendons une écologie populaire qui soit créatrice d’emplois et ne pénalise pas toujours les mêmes. A Créteil, nous nous battons contre la construction du 3ème four de l’incinérateur qui brûlera 120 000 T de déchets transportés par camions. Nous soutenons le recours contentieux en cours au tribunal administratif qui vise à bloquer le projet du 3ème four.

Pour la bifurcation écologique, il faut une volonté politique forte et une cohérence d’ensemble. En ce sens, il est impératif d’assurer la justice environnementale pour s’appuyer sur la mobilisation populaire.

ParFranceInsoumise94000

Garder le Val-de-Marne à gauche et dégager la droite réactionnaire de Pécresse !

Garder le Val-de-Marne à gauche

et dégager la droite réactionnaire de Pécresse !

Nous souhaitons en premier lieu remercier toutes nos électrices et tous nos électeurs qui se sont mobilisés dans un contexte extrêmement difficile : pandémie toujours menaçante, offensive de l’extrême droite dans la rue et les médias, campagne sécuritaire, licenciements en masse alors que les dividendes des actionnaires du CAC 40 s’élèvent à 51 milliards d’euros cette année, gouvernement incapable de répondre aux aspirations populaires pour une société plus juste, écologique et solidaire…

Dans ce contexte et alors que l’abstention était très forte à Créteil, plus de 75 %, nous progressons de 28 % par rapport aux municipales de l’année dernière en nombre de voix sur l’ensemble de la ville de Créteil dans le cadre des élections départementales. Avec respectivement 9, 38 % et 8, 55 % sur les cantons 7 et 8, nous saluons l’engagement de nos candidat.e.s Béatrice PINAT, Xavier CHEMLA, Marie-Noëlle BERTRAND et Éric TRICOT.

C’est un véritable enracinement de notre force politique qui n’attend pas les élections pour se battre notamment pour la défense de l’hôpital public, pour le maintien des services publics postaux dans tous les quartiers, pour la mise en place d’une régie publique de l’eau, pour la défense des petits commerces, contre le 3ème four de l’incinérateur de Créteil…

Nous sommes aussi conscients de notre responsabilité pour le second tour. Bien sûr nous n’oublions pas que le PS, EELV et le PCF ont fait élire en 2017 un député macroniste sur la 2ème circonscription en n’appelant pas à voter pour le candidat insoumis. Mais au service du peuple, nous appelons à la mobilisation générale pour défendre les politiques du département menées par la majorité de Christian FAVIER, président communiste, en faveur des familles, des collégiens, des personnes en situation de handicap, des précaires… Pour nous c’est clair : pas une voix ne doit aller aux candidats de droite le 27 juin !

S’agissant des régionales, nous sommes fiers de la campagne menée par Clémentine AUTAIN pour pouvoir bien vivre en Île-de-France. Avec 13, 44 % contre 10, 24 % au niveau régional, sa liste se place en 3ème position à Créteil. La liste de rassemblement de la gauche au second tour peut permettre de mettre fin à la politique catastrophique de Valérie PÉCRESSE. Deux candidats cristoliens, engagés sur notre ville, sont représentés sur cette liste du second tour : Thomas DESSALLES et Éric TRICOT.

Pour un plan de relance de 3 milliards d’euros pour le climat et l’emploi local, pour ouvrir des centres de soins dans toute la région, pour dire non à la mise en concurrence des transports et investir dans les transports du quotidien, pour 30 000 places en plus dans les lycées, pour la réduction des déchets et la réutilisation, pour faire respecter la loi SRU sur les logements sociaux dans toutes les villes, nous appelons à voter le 27 juin massivement pour la liste d’union « Écologie, solidarité, évidemment » !

Il faut aussi prendre en compte la crise démocratique majeure que traverse notre pays alors que 2 électeurs sur 3 ne se sont pas déplacés pour voter et que plus de 80 % de la jeunesse n’a pas participé à cette élection. Triste record historique d’une 5ème République à l’agonie … Avec Jean-Luc MÉLENCHON, candidat à l’élection présidentielle de 2022 et notre proposition de 6ème République qui recueille l’adhésion d’une majorité de français, il est grand temps de mettre en place un pouvoir populaire et écologique !

Créteil, le 23 juin 2021

ParFranceInsoumise94000

Renouvellement du contrat eau de Créteil : les citoyennes et citoyens tenu.e.s à l’écart… pour les profits des multinationales de l’eau !

Nous demandons depuis plusieurs mois l’ouverture d’un débat sur la gestion de l’eau dans la perspective de la fin du contrat avec SUEZ de délégation de service public qui arrive à échéance à la fin de l’année 2021.

Malheureusement, les procédures s’enchaînent sans qu’aucune information ne soit diffusée à la population. La consultation citoyenne pour le droit à l’eau organisée en mars/avril 2021 a pourtant réuni près de 300 000 personnes qui se sont exprimées sur ce sujet.

Les élus du territoire Grand Paris Sud Est Avenir (GPSEA), qui a la compétence eau depuis 2016, ont acté le 31 mars 2021 le choix de la concession. Ils suivent ainsi les rapports présentés le 31 mars 2021, par une société de « conseil » sans que soit étudié sérieusement l’option de la régie publique de l’eau, projet éludé en deux lignes sans arguments sérieux.

Les entreprises privées multinationales ont désormais jusqu’au 14 juin pour postuler au marché public ouvert pour confier l’exploitation du service public de distribution d’eau potable de la Ville de Créteil. La valeur estimée du contrat de concession est de :

– Pour l’offre de base sur 7 ans : 50 000 000 euros constants hors TVA.

– Pour les variantes sur 5 ans : 35 000 000 euros constants hors TVA.

– Pour les variantes sur 12 ans : 87 000 000 euros constants hors TVA.

Comment un tel engagement financier de plusieurs dizaines de millions d’euros peut se faire sans demander l’avis des citoyennes et des citoyens de Créteil ? C’est un véritable scandale démocratique qui est à l’œuvre. Nous voulons une véritable étude indépendante pour faire le bilan de la DSP eau à Créteil qui dure depuis des dizaines d’années avec SUEZ. Il faut également une véritable étude indépendante pour analyser l’option de la régie publique.

Pour faire baisser la facture, pour une gestion écologique, pour les investissements nécessaires afin de préparer le futur, pour répondre au défi du dérèglement climatique, exigeons une consultation populaire à Créteil ! NON A LA PRIVATISATION DE L’EAU QUI DOIT ÊTRE UN BIEN COMMUN !

ParFranceInsoumise94000

Le 20 juin 2021 : mobilisation populaire et citoyenne dans les urnes pour bien vivre en Île-de-France et dans le Val-de-Marne !

BIEN VIVRE EN VAL-DE-MARNE ET EN ÎLE-DE-FRANCE !

À CRÉTEIL, DES FEMMES ET DES HOMMES ENGAGÉ.E.S

POUR UN DÉPARTEMENT ET UNE RÉGION

PLUS DÉMOCRATIQUE, JUSTE, SOLIDAIRE ET ÉCOLOGIQUE

Les 20 et 27 juin prochains auront lieu les élections départementales et régionales. La France Insoumise, dans notre département comme au plan régional, ne cesse de s’engager pour le respect de l’être humain, des espèces et de la nature. Elle sera toujours là contre ceux qui veulent diviser les habitant.e.s pour le plus grand profit des plus riches.

La crise actuelle a amplifié les inégalités déjà si criantes dans le Val-de-Marne et en Île-de-France. La poursuite du combat pour un accès à un logement digne pour tous, pour des politiques de solidarité fortes, pour un développement des modes de transports publics et alternatifs, une politique du bien manger et du bien vieillir, pour la préservation de nos terres agricoles, est absolument nécessaire. Dans le Val-de-Marne, les Insoumis.e.s participent pleinement à la politique engagée en ce sens par Christian FAVIER, président du Conseil départemental. Il faut la défendre contre la menace de la droite LR, macroniste et extrême.

Cependant, à Créteil, il faut aussi des élu.e.s véritablement engagé.e.s dans les luttes pour le service public. Le Val-de-Marne est notamment un territoire de santé menacé. Or, nous sommes au côté des hospitaliers qui se battent depuis plus d’un an contre la pandémie de la COVID 19. Nous demandons des lits supplémentaires pour accueillir tous les malades et une amélioration réelle des conditions de travail du personnel.

Les candidat.e.s du PS, appartenant pourtant à la majorité départementale, n’ont rien fait contre la privatisation de lits psychiatriques à Chenevier et ont refusé de soutenir le président du Conseil départemental dans son combat pour le maintien de la greffe cardiaque à l’hôpital Mondor. Nos élu.es continueront quant à eux, à lutter contre le démantèlement de l’hôpital public en toutes circonstances.

C’est pourquoi les groupes d’actions de la France Insoumise de notre ville présentent des candidat.e.s et supléant.e.s pour les élections départementales :

Canton n°7 – Créteil 1 : Béatrice PINAT, Xavier CHEMLA ; Lucille GRAUWET, Anthony PINTO

Canton n°8 – Créteil 2 : Marie Noëlle BERTRAND, Éric TRICOT ; Perrine SOYMIE, Mahmoud ELATMANI

De plus, Béatrice PINAT, Thomas DESSALLES et Éric TRICOT seront présent.e.s au côté de Clémentine AUTAIN sur une liste de rassemblement pour chasser la droite antisociale et anti-écologique de Valérie PÉCRESSE. Ensemble, il est temps de mettre l’égalité au cœur du développement de l’Île-de-France pour pouvoir, enfin, bien vivre dans notre région. Il faut un choc de solidarité !

Nos candidat.e.s cristolien.ne.s veulent participer à cette ambition pour nos territoires.

Nous appelons donc à la mobilisation populaire et citoyenne dans les urnes !

Créteil, le 3 juin 2021

ParFranceInsoumise94000

Non à la casse des services publics, non à la réduction des horaires à La Poste !

À l’appel de la convergence des services publics du Val-de-Marne, des syndicats et des associations de quartiers se battent depuis plusieurs semaines contre la réduction des horaires dans les bureaux de poste qui touche d’abord les plus défavorisés. Les groupes d’action de la France insoumise de Créteil sont engagés à leurs côtés dans cette lutte et se joindront à la mobilisation du mardi 1er juin, 16 h 30, devant la Préfecture pour saisir le Préfet.

C’était déjà le cas devant le bureau de poste de l’Allée du Commerce, puis en faisant signer la pétition dans tous les quartiers de Créteil afin de contester la fermeture de la poste du Mont-Mesly les mercredis après-midis. Les réductions d’horaire concernent la totalité des bureaux de poste de Créteil où près de 2H30 de services sont retirés aux usagers chaque semaine !

La France Insoumise de Créteil s’oppose à cette réduction d’heures sans précédent qui impose aux habitants des quartiers la dématérialisation des documents et de la monnaie. Cette décision de la direction de La Poste, qui doit être mise en place en septembre, ne tient compte ni de la fracture numérique ni du fait que les plus précaires aient besoin de ces services de proximité. Chacun doit pouvoir retirer de l’argent, envoyer un courrier ou un recommandé… près de chez lui !

Il faut également ne pas oublier que ce service public de proximité contribue au maintien du lien social, au dynamisme de la vie de quartier et à la fréquentation des petits commerces qui profitent du passage des usagers aux bureaux de poste.

La direction de La Poste, avec des bénéfices insolents de plusieurs milliards d’euros en 2020, a pourtant décidé de ce recul sans précédent qui va également engendrer des licenciements, en particulier de guichetiers.

La réduction des horaires du bureau de poste de l’Allée du Commerce, alors que le quartier est dans la première phase de l’ANRU, nous fait redouter la validation de sa fermeture. Nous avons même appris qu’il était envisagé de fermer le bureau de Mont-Mesly toute la journée du mercredi dès le 25 octobre 2021. C’est inacceptable et un véritable abandon de ce quartier populaire !

La France Insoumise de Créteil continuera à lutter aux côtés des usagers et des personnels de La Poste. Les 20 et 27 juin prochains auront lieu les élections régionales et départementales. Avec Clémentine Autain et Thomas Dessalles pour l’Île-de-France, Xavier Chemla et Béatrice Pinat dans le canton 7, Marie-Noëlle Bertrand et Éric Tricot dans le canton 8 pour pouvoir bien vivre en Val-de-Marne, votez pour des candidats cristoliens qui s’engagent pour les services publics et pour les plus fragiles pour pouvoir bien vivre à Créteil et en Île-de-France !

Créteil, le 31 mai 2021

ParFranceInsoumise94000

Départementales 2021 (20 et 27 juin) : pour pouvoir bien vivre en Val-de-Marne…

…les 20 et 27 juin prochains soutenez les candidatures de Xavier CHEMLA et Béatrice PINAT (canton 7 – Créteil 1) et de Éric TRICOT et Marie Noëlle BERTRAND (canton 8 – Créteil 2).

Face aux urgences sociales, écologiques et démocratiques…

● Garantir l’accès à des services publics de qualité et de proximité,

● Assurer l’accès aux soins à toutes et tous,

● Pouvoir se loger à des prix raisonnables dans un logement de qualité,

● Vivre dans un environnement sain et préservé des pollutions et des nuisances,

● Pouvoir se déplacer efficacement tout en respectant l’environnement,

● Protéger et soutenir les plus fragiles,

● Avoir accès à la culture, aux sports et aux loisirs,

● S’épanouir au collège et permettre la réussite de toutes et tous,

● Participer à la vie du département et aux prises de décisions.

Cette ambition sociale, solidaire et écologique, nous ne pourrons pas la mener si la droite, au service des plus riches, ou l’extrême droite nauséabonde arrivent au pouvoir dans le département.

C’est pourquoi nous appelons à une grande mobilisation populaire et citoyenne dans les urnes !

VOTEZ POUR DES CITOYEN·NES ET DES INSOUMI·SES,

ENGAGÉ·ES À VOS CÔTÉS !


ParFranceInsoumise94000

Pouvoir Vivre en Île-de-France : des candidats cristoliens aux côtés de Clémentine Autain lors des élections régionales…

Les 20 et 27 juin prochains auront lieu les élections départementales et régionales. La France Insoumise, dans notre département comme au plan régional, ne cesse de s’engager pour le respect de l’être humain, des espèces et de la nature. Elle sera toujours là contre ceux qui veulent diviser les habitant.e.s pour le plus grand profit des plus riches.

La crise actuelle a amplifié les inégalités déjà si criantes dans le Val-de-Marne et en Île-de-France. La poursuite du combat pour un accès à un logement digne pour tous, pour des politiques de solidarité fortes, pour un développement des modes de transports alternatifs, une politique du bien manger et du bien vieillir, pour la préservation de nos terres agricoles, est absolument nécessaire. 

Alexandra MORTET, tête de liste FI du Val-de-Marne, et Thomas DESSALLES,  Béatrice PINAT et Eric TRICOT, candidats cristoliens, seront présent.e.s au côté de Clémentine AUTAIN sur une liste de rassemblement pour chasser la droite anti-sociale et anti-écologique de Valérie PÉCRESSE. Ensemble, il est temps de mettre l’égalité au cœur du développement de l’Île-de-France pour pouvoir, enfin, bien vivre dans notre région. Il faut un choc de solidarité !

Lors de cette rencontre en visio le mardi 11 mai à 20 h 30, ils présenteront les principaux points du programme et vous pourrez échanger en direct avec eux sur l’avenir de notre région.  LIEN JITSI : https://meet.jit.si/FeministPopsInhibitOnce

ParFranceInsoumise94000

Pour une gestion citoyenne, écologique et solidaire de l’eau à Créteil…

L’établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir (GPSEA) a désigné un cabinet d’étude pour réaliser un audit à Créteil de fin de contrat de la Délégation de Service Public (DSP) de la distribution de l’eau potable conclue avec la multinationale SUEZ. Ce contrat d’une durée de 15 ans se terminera en décembre 2021. Pourtant, la procédure de renouvellement est réalisée sans aucune information des cristolien·ne·s.

Nous avons déjà constaté des excédents importants sur les comptes de SUEZ pour sa gestion à Créteil, qui se chiffrent à 575 970 euros en 2018 et à 531 980 d’euros en 2017. En 2019, il y a eu une augmentation de 22 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 705 580 euros ! Malheureusement, ces excédents ne permettent pas de financer des investissements pour une meilleure qualité de l’eau ou du réseau mais chaque année, ils s’évaporent dans les comptes des actionnaires de SUEZ !

Il n’est même pas envisagé la possibilité de passer en régie publique à Créteil, mode de gestion solidaire et écologique qui a fait ses preuves dans de nombreuses villes telles Grenoble, Nice, Bordeaux, Rennes, Cherbourg, Briançon, Paris. D’autres villes importantes se préparent à passer en régie publique pour permettre une baisse significative des tarifs de l’eau pour les usagères et les usagers (Lyon, Bordeaux, Dijon …).

L’eau est en danger : pollutions, fuites, accaparement par des multinationales (Veolia, Suez, mais aussi Nestlé, Danone…), surconsommation par des industries prédatrices et l’agriculture productiviste, artificialisation … L’accès à l’eau et à l’assainissement est précaire ou impossible pour des millions de personnes : les habitant·e·s ultra-marins pour qui les coupures sont quotidiennes, les sans-abris, les réfugiés, les familles précaires. C’est pourquoi, nous voulons inscrire dans la Constitution le droit fondamental à l’eau et à un assainissement de qualité.

Il est indispensable que le scénario d’un passage en régie publique à Créteil soit sérieusement étudié par Créteil et le territoire du GPSEA. Une expertise spécifique doit être menée sur le passage en régie publique de l’eau pour que toutes les options soient sur la table. En tout état de cause, le dernier mot doit revenir aux habitantes et habitants de Créteil.

Nous demandons à Monsieur Laurent CATHALA, maire de Créteil et président du GPSEA, d’organiser un véritable débat citoyen sur le mode de gestion de la distribution de l’eau potable dans notre ville, en donnant toutes les informations nécessaires aux citoyen·ne·s leur permettant de décider.

ParFranceInsoumise94000

Des moyens pour l’éducation, c’est urgent !

DES MOYENS POUR L’ÉDUCATION, C’EST URGENT !

Les groupes d’action de la France insoumise de Créteil apportent leur soutien aux personnels de l’Éducation nationale et aux parents mobilisés depuis des mois pour obtenir des moyens pour l’école.

Un an après le premier confinement pendant lequel les établissements scolaires ont été fermés, le nombre d’enseignants et d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) est toujours insuffisant et les conditions d’apprentissage des élèves ne cessent de se dégrader.

Le 23 janvier 2021, parents et enseignants ont défilé à Créteil Soleil en chantant « on veut du fric pour l’école publique ! ». Ils dénonçaient notamment le manque de remplaçants dans les classes en primaire : il y en a seulement 160 dans le département alors que 400 sont nécessaires.

Le 19 mars, c’était au tour des enseignants des collèges et des lycées de manifester devant le rectorat de Créteil après l’annonce des dotations horaires globales (DHG) dans les établissements du département. 1000 élèves supplémentaires sont attendus dans les collèges dans le département, mais le rectorat supprime 66 équivalents temps-pleins. Et ce sont seulement trois postes qui seront ouverts pour 3000 élèves supplémentaires.

Concrètement, au collège Simone de Beauvoir de Créteil, il y aura l’année prochaine 58h d’enseignement en moins et donc deux classes fermeront, une 4e et une 3e, alors que l’ouverture d’une classe de 6e était demandée face à l’augmentation du nombre d’élèves. Des classes surchargées, c’est moins de temps et d’attention pour chaque élève et donc des conditions d’apprentissages qui se détériorent… alors que la Covid perturbe au quotidien le bon déroulement des cours depuis un an.

Les manifestations, rassemblements et journées de grève se multiplient mais le rectorat continue à gérer la pénurie de personnels. Le Gouvernement a supprimé 1800 postes dans les collèges et lycées à la rentrée 2021. Dans les écoles, il y a cette année 900 places en moins au concours de professeur des écoles, dont 100 de moins dans l’académie de Créteil qui compte pourtant le plus d’établissements en zone prioritaire avec Versailles.

En pleine pandémie et alors que nous avons plus que jamais besoin d’enseignants, les macronistes choisissent de sacrifier l’avenir de nos enfants. Il faut mettre un terme à cette politique.

Créteil, le 25 mars 2021

ParFranceInsoumise94000

Votation citoyenne à Créteil pour défendre l’eau contre les multinationales ( 22 mars – 13 avril)

Du 22 mars au 13 avril, votation citoyenne à Créteil pour défendre l’eau contre les multinationales.

Nos organisations soutiennent la votation citoyenne « L’eau est à nous ! Pas aux multinationales  » qui se déroulera du 22 mars, journée internationale de l’eau, jusqu’au 13 avril.

Il sera  possible de voter en ligne pour inscrire dans la Constitution le droit fondamental à l’eau et soutenir la régie publique de l’eau contre les multinationales : https://eau.vote/

Nous organiserons aussi ensemble la votation citoyenne sur les places de Créteil les samedis et dimanches 27/28 mars, 3/4 et 10/11 avril à partir de 10 h.

Le contrat en délégation de service public de la gestion de l’eau à Créteil arrive à son terme à la fin de l’année 2021. Les rapports présentés aux élu·e·s du territoire GPSEA (Grand Paris Sud Est Avenir), qui a la compétence eau depuis 2016, écarte la régie publique de l’eau sans arguments sérieux. Nous voulons une véritable étude indépendante pour faire le bilan de la DSP eau à Créteil qui dure depuis des dizaines d’années avec SUEZ. Un débat démocratique doit s’ouvrir car le choix appartient aux habitant·e·s de Créteil. 

Seuls éléments présentés aux élus du GPSEA pour voter le renouvellement
des DSP avec SUEZ dans plusieurs communes du territoire…
un peu court, non ?

Votons ! L’eau est à nous ! Pour la mise en place d’une régie publique de l’eau à Créteil !

Pour en savoir plus : 

https://avenirencommun.fr/livrets-thematiques/le-livret-eau/

https://eau-iledefrance.fr/


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/creteili/public_html/wp-includes/functions.php on line 5107